Bure : tension entre les opposants au projet Cigéo et les autorités

A Bure (Meuse), la journaliste Isabelle Baechler rapporte les intentions des opposants au projet d'enfouissement des déchets radioactifs rassemblés ce samedi 3 mars. Les autorités filtrent l'accès à la zone.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Les autorités redoutent ce samedi 3 mars des affrontements avec les opposants au projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse). Un important dispositif policier a été mis en place. Des centaines d'opposants sont déjà sur le site. "Actuellement, les militants sont rassemblés dans une grange et échangent leur expérience, leurs souvenirs de l'évacuation du 22 février dernier", explique Isabelle Baechler sur place.

"Ils veulent reconstruire une ZAD"

Les opposants au projet Cigéo ont l'intention de retourner sur le site du bois Lejuc d'où les forces de l'ordre les avaient évacués pour y construire une vigie. "Un poste d'observation pour marquer leur présence sur le futur site d'enfouissement. Ils veulent reconstruire une ZAD, une zone à défendre. Or l'arrêté préfectoral leur défend exactement de s'y rendre à pied ou en voiture", commente la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants au projet d\'enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse), le 22 février 2018.
Des manifestants au projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse), le 22 février 2018. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)