Le Parlement européen vote la fin des importations issues de la déforestation

Les produits issus de la destruction des forêts ne pourront plus passer les portes de l'Union européenne, ont voté les eurodéputés mercredi.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Vue aérienne de la déforestation en Amazonie, Colombie, le 31 mars 2023. (JUANCHO TORRES / ANADOLU AGENCY / AFP)

Chocolat, café, bois ou encore caoutchouc... Les importateurs qui souhaitent vendre ces produits dans l'Union européenne devront désormais s'assurer qu'ils ne sont pas issus de la déforestation, selon un texte adopté mercredi 19 avril par le Parlement européen.

Ce règlement, voté à une très large majorité, a pour objectif de freiner la disparition de forêts à l'autre bout du monde et, ce faisant, de lutter contre le changement climatique et de préserver la biodiversité. Avec ce nouveau texte, l'importation dans l'UE de cacao, de café, d'huile de palme, de soja, de bois, de caoutchouc, de charbon de bois ou de viande bovine sera interdite si ces produits sont issus de terres déboisées après décembre 2020. Les entreprises devront aussi s'assurer qu'ils ont été produits dans le respect des droits humains et des droits des populations autochtones.

L'UE, deuxième destructeur de forêts tropicales 

A l'origine de 16% de la déforestation mondiale par le biais de ses importations (majoritairement de soja et huile de palme, chiffres de 2017), l'UE est le deuxième destructeur de forêts tropicales derrière la Chine, selon le WWF. C'est la "première loi au monde qui va mettre fin à la déforestation importée" s'est félicité l'eurodéputé Pascal Canfin (Renew, libéraux).

Greenpeace a nuancé la portée du texte en y voyant "qu'un premier pas". Pour l'ONG ce règlement présente des "failles", par exemple en excluant des écosystèmes tels que la savane et en omettant de viser les banques européennes qui financent des projets destructeurs de forêts.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.