Cet article date de plus de neuf ans.

La Corée du Nord retire les missiles dirigés contre les Etats-Unis

Pyongyang met ses menaces contre les Etats-Unis en sourdine. Il n'y a plus de danger imminent de lancement de missile.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un missile sol-air nord-coréen, le 20 mars 2013. (AFP PHOTO / KCNA VIA KNS)

Un signe d'apaisement ? La Corée du Nord a retiré deux missiles de leur site de lancement sur la côte est du pays, ont affirmé lundi 6 mai des responsables américains. Après plusieurs semaines d'escalade des tensions entre Pyongyang et Washington, marquées également par des menaces de frappes contre la Corée du Sud et le Japon, alliés des Américains, le régime communiste a mis ses menaces en sourdine.

Les missiles "Musudan" étaient prêts à être tirés à tout moment mais ils ont "été retirés" de leur site de lancement, a déclaré à l'AFP un responsable de la défense américaine sous couvert d'anonymat. Ce geste de la Corée du Nord indique qu'il n'y a plus de danger imminent de lancement de missile, et Pyongyang serait obligé de refaire de nombreuses préparations pour être de nouveau prêt à tirer ses missiles, selon deux responsables américains.

Ces missiles ont une portée théorique de plus de 5 500 km, selon des officiers militaires, ce qui permettrait vraisemblablement à la Corée du Nord de pouvoir atteindre le continent américain. Les analystes ne sont cependant pas tous d'accord, certains estimant que Pyongyang ne les a jamais testés en conditions réelles. Selon le Pentagone, la Corée du Nord dispose en revanche de plusieurs centaines de missiles de moyenne portée, capables d'atteindre le Japon et la Corée du Sud.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Corée du Nord

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.