Cet article date de plus de neuf ans.

La Corée du Nord pose ses conditions pour une reprise du dialogue

Ces dernières devraient très vraisemblablement être rejetées par Séoul et Washington, qui exigent, eux, que la Corée du Nord fasse un geste en faveur d'une dénucléarisation.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le leader nord-coréen Kim Jong-un, pendant une cérémonie militaire à l'occasion de l'installation de statues de ses prédécesseurs, Kim Jong-il et Kim Il-sung, le 13 avril 2013 à Pyongyang (Corée du Nord).  (ED JONES / AFP)

Avant de revenir à la table des discussions avec Séoul et Washington, Pyongyang a dressé, mercredi 17 avril, la liste de ses conditions. Ces dernières devraient très vraisemblablement être rejetées par Séoul et Washington, qui exigent, eux, que la Corée du Nord fasse un geste en faveur d'une dénucléarisation.

Dans un communiqué, le Commission nord-coréenne de défense nationale a exigé la levée des sanctions adoptées par le Conseil de sécurité des Nations unies à son encontre, en préalable à un éventuel dialogue avec les Etats-Unis. La Corée du Nord a également demandé à Washington de s'engager à ne pas menacer le pays et à ne pas se livrer à des "pratiques de guerre nucléaire" s'ils veulent un véritable dialogue avec les Nord-Coréens. Pour Pyongyang, la dénucléarisation de la péninsule coréenne commencera quand les Etats-Unis retireront les armes nucléaires qu'ils ont, selon le régime communiste, déployées dans la péninsule.

Il s'agit des conditions les plus explicites pour des pourparlers avec Washington, à la suite de plusieurs semaines de tension et de menaces de guerre lancées par la Corée du Nord.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Corée du Nord

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.