La Corée du Nord invite les ambassades à Pyongyang à évacuer leur personnel

Pyongyang s'est déclaré incapable de garantir leur sécurité à partir du 10 avril en cas de conflit, a annoncé le ministère des Affaires étrangères britannique.

Des soldats nord-coréens participent à un exercice de tirs sur la côte est de la Corée du Nord, le 25 mars 2013.
Des soldats nord-coréens participent à un exercice de tirs sur la côte est de la Corée du Nord, le 25 mars 2013. (KCNA / REUTERS)

Est-ce le signe que la Corée du Nord compte bel et bien entrer en guerre ? Pyongyang s'est déclaré, vendredi 5 avril, incapable de garantir la sécurité des ambassades et des organisations internationales à partir du 10 avril, en cas de conflit, a annoncé le ministère des Affaires étrangères britannique. "Nous pensons que les Nord-Coréens ont adopté cette démarche dans le cadre de leur offensive rhétorique selon laquelle les Etats-Unis sont une menace pour eux", a-t-il poursuivi.

Peu avant, la Corée du Nord a proposé aux ambassades étrangères de Pyongyang d'"envisager" des évacuations, selon le porte-parole de l'ambassade de Russie, présent sur place. De son côté, l'Allemagne a convoqué, vendredi matin, l'ambassadeur de Corée du Nord pour lui signifier son "inquiétude" face à l'aggravation de la crise.

Des missiles sur la côte est

C'est le dernier geste en date de la Corée du Nord, qui multiplie les menaces apocalyptiques depuis quelques semaines. Pyongyang a transporté vendredi un deuxième missile de moyenne portée (soit, théoriquement, 4 000 à 5 000 km) sur sa côte orientale et l'a hissé sur un lance-missiles mobile, selon l'agence sud-coréenne Yonhap. Le régime alimente ainsi les craintes d'un tir imminent qui aggraverait une situation déjà explosive.

"Il a été confirmé que la Corée du Nord a transporté par train, en début de semaine, deux missiles Musudan de moyenne portée, vers la côte est, et les a installés sur des véhicules équipés d'un dispositif de lancement", a déclaré un haut responsable du gouvernement sud-coréen à Séoul.