Cet article date de plus de cinq ans.

Convention du parti républicain : encore trois jours pour rendre Trump présidentiable

Donald Trump sera formellement investi jeudi candidat républicain à la Maison Blanche par les délégués de la convention de Cleveland. Une convention brièvement perturbée par des anti-Trump.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
 (Melania Trump, la femme du milliardaire, a été mise en avant lors de cette première journée de la convention républicaine © Carolyn Kaster/AP/SIPA)

 13h pile, la convention est lancée avec l’hymne américain.  Et c’est parti pour quatre jours de Trump show, quatre jours pour rendre hommage à un seul homme. Les discours de la soirée ont débuté avec une star de la télévision. Willie Robertson. Dès le début, un petit message pour les médias que Donald Trump ne porte pas dans son cœur et qui ne l’ont pas pris au sérieux au début de la campagne.

"L’année a été dure pour les journalistes politiques. Ça doit faire bizarre d’avoir autant tort aussi longtemps. Mais je sais pourquoi ils étaient si à côté de la plaque. Ils ne trainent pas avec les vrais gens comme nous…"

 

La classe moyenne et populaire, c'est la base des électeurs de Trump. Et ce slogan entendu durant la campagne : Donald Trump sera là pour vous.

"Si vous êtes un Américain qui a le sentiment d’avoir été oublié, négligé par des leaders intouchables, que tous les éléments sont contre vous. Donald Trump sera là pour vous."

 

Trump le candidat de l’ordre public, Trump, l’homme qui ramènera la sécurité perdue aux Etats-Unis. A la tribune, les intervenants se succèdent sous les applaudissements des délégués assis en demi-cercle dans la salle qui accueille d’habitude l’équipe de basket de Cleveland.

Convention du parti républicain : encore trois jours pour rendre Trump présidentiable - le reportage d'Elise Delève
écouter

La sécurité au cœur de la soirée

 

On a vu à la tribune : un ancien des forces spéciales de la marine, un général de l’armée et la mère d’une victime de Benghazi. Les larmes aux yeux, sous de nombreux applaudissements, elle a raconté les circonstances de la mort de son fils dans l’attaque de l’ambassade américaine en 2012.

"La dernière fois que je lui ai parlé, la nuit avant l’attaque, il m’a dit ‘maman, je vais mourir, toute la sécurité autour de l’ambassade a été retiré'. J’accuse Hillary Clinton ! J’accuse Hillary Clinton PERSONNELLEMENT pour la mort de mon fils. Comment a-t-elle pu me faire ça ? Comment a-t-elle pu faire ça aux familles américaines ? Donald Trump est tout ce qu’Hillary Clinton n’est pas."

 

La candidate démocrate l’une des principales cibles de la soirée. Il faut dire qu’elle est le facteur qui rassemble les Républicains qui ont été très divisés.

 

Des divisions dès l’ouverture de cette convention

 

Tous les délégués ne sont pas pro Trump et certains ont en effet fait entendre leur voix et même mener une petite fronde hier après-midi. Mais cela s’est rapidement apaisé et la guerre politique lancée contre Hillary Clinton aura sûrement raison des frondeurs en novembre prochain. La candidate démocrate s’est en tout cas amusée de cet épisode sur Twitter : "Donald Trump a perdu le contrôle de sa convention avant même qu’elle commence."

 

Autre ingrédient pour rassembler autour de Trump,  sa famille

Et qui de mieux pour présenter Melania Trump que… son mari. Sur la musique de Queen, We are the Champions, l’ombre de Donald Trump apparait sur un fond blanc. Acclamation du public. Il présente la "future first lady". L’ancienne mannequin slovène avance avec élégance dans une robe blanche. "Il m’aime autant qu’il aime ce pays ", raconte-t-elle. Elle parle de ses parents, de sa sœur, avec un léger accent et elle dresse le portrait du "leader Donald".

 

" Je sais qu’il fera la différence. Donald n’abandonne jamais et ne baisse jamais les bras…Si vous voulez quelqu’un qui se bat pour vous et pour votre pays, c’est l’homme qu’il vous faut".

 

Pour les spécialistes politiques, l’intervention de Melania Trump et des enfants du candidat tout de long de la semaine doit radoucir son image. Trump doit devenir "présidentiable" aux yeux de tous les Américains analyse un confrère qui assiste à sa 30e convention. Les Républicains ont encore 3 jours pour accomplir cette mission.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.