Hong Kong : la cheffe de l'exécutif s'excuse d'avoir causé "conflits et querelles" avec le projet de loi sur l'extradition vers la Chine

"La cheffe de l'exécutif présente ses excuses aux citoyens et promet d'accepter les critiques avec le plus de sincérité et d'humilité possible", déclarent ses services dans un communiqué.

La dirigeante de l\'exécutif pro-Pékin de Hong Kong, Carrie Lam, lors d\'une conférence de presse à Hong Kong, le 15 juin 2019.
La dirigeante de l'exécutif pro-Pékin de Hong Kong, Carrie Lam, lors d'une conférence de presse à Hong Kong, le 15 juin 2019. (VERNON YUEN / NURPHOTO)

La cheffe de l'exécutif pro-Pékin de Hong Kong réagit, face à la colère de la rue. Carrie Lam a présenté "ses excuses", dimanche 16 juin, pour la façon dont le gouvernement a tenté d'adopter le projet de loi décrié sur les extraditions vers la Chine, provoquant "conflits et querelles".

"La cheffe de l'exécutif a admis que les lacunes dans le travail du gouvernement ont entraîné beaucoup de conflits et de querelles dans la société hongkongaise, et a déçu et tourmenté de nombreux citoyens, peut-on lire dans un communiqué de ses services. La cheffe de l'exécutif présente ses excuses aux citoyens et promet d'accepter les critiques avec le plus de sincérité et d'humilité possible."

Après une semaine de manifestations d'une ampleur inédite dans les rues de Hong Kong, le gouvernement a finalement suspendu samedi son projet de loi controversé visant à autoriser les extraditions vers la Chine. Malgré ce premier recul de l'exécutif, deux millions de personnes, selon les organisateurs, se sont de nouveau rassemblées dimanche à Hong Kong. Les manifestants souhaitent ainsi maintenir la pression sur Carrie Lam. Ils réclament l'abandon clair du projet de loi, la démission de la cheffe du gouvernement mais également des excuses pour des violences policières lors des manifestations.