Cet article date de plus de cinq ans.

Centrafrique : réveillon d’espoir dans l'attente des résultats électoraux

Après le vote de mercredi et en attendant le résultat du premier tour de l’élection présidentielle, les habitants du quartier musulman de PK 5 – l’un des plus touchés par les affrontements – ont pour la première fois depuis 2 ans organisé un concert de réconciliation entre chrétiens et musulmans.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Des chants, des slogans, et un seul mot d'ordre : l'unité. Dans le public, Faustin applaudit. Il est chrétien. C'est la première fois depuis 2 ans qu'il traverse la rue pour venir dans le quartier musulman : "ça fait trop plaisir. J'ai des amis ici, on a fait l'école ensemble. Souvent ils m'appellent, ils me demandent de venir, mais j'ai peur ."

Faire reculer la peur

C'est pour faire reculer la peur que les jeunes du quartier PK5 se sont mobilisés, encadrés par les associations de droits de l'homme. Mahamat fait partie d'un groupe de 50 volontaires. Il va, pendant toute l'année 2016, organiser de grands rassemblements intercommunautaires. "Le kilomètre 5 doit être un quartier exemplaire. Nous vivons ensemble avec les chrétiens et les musulmans. Cette guerre, ils nous ont collé ça sur le dos en nous disant que c'était un truc de religions. On vient de comprendre que c'est purement politique ", explique-t-il. "Quels que soient les résultats du vote, le président va travailler selon notre programme. La Centrafrique d'avant n'est pas la Centrafrique d'aujourd'hui ", assure Mahamat.

Situation encore précaire

Pourtant le calme reste fragile. Beaucoup d'habitants ici ont encore chez eux des fusils ou des grenades. Et le responsable du groupe d'autodéfense le dit : ils ne rendront pas leurs armes sans contrepartie. Ils demandent au futur gouvernement de leur proposer des emplois.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.