Football : ce qu'il faut savoir sur la grève des joueurs de la sélection canadienne face au Panama

Opposés au nouveau contrat proposé par leur fédération, les Canucks ont refusé de jouer dimanche le match amical face au Panama. 

Article rédigé par
Anaïs Brosseau - franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les Canadiens célèbrent leur victoire, le 27 mars 2022, face à la Jamaïque, lors des qualifications pour la Coupe du monde 2022. (VAUGHN RIDLEY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Le conflit couvait depuis plusieurs années. La proximité de la Coupe du monde au Qatar a relancé les tensions. Les footballeurs de l'équipe nationale canadienne ont refusé, à quelques heures du coup d'envoi, dimanche 5 juin, de jouer contre le Panama, en match amical à Vancouver. La grève constitue une réponse des joueurs aux conditions salariales proposées par leur fédération. Franceinfo: sport revient sur ce mouvement.

Que s'est-il passé ?

Deux heures avant le coup d'envoi du match amical contre le Panama dimanche, la Fédération de football canadienne s'est fendue d'un communiqué laconique, annonçant l'annulation de la rencontre. Après avoir boudé deux séances d'entraînement, vendredi et samedi, les joueurs ont refusé de se présenter sur la pelouse dimanche pour protester contre le nouveau contrat de travail qui leur a été soumis jeudi.

Le match amical, programmé à Vancouver, devait s'inscrire dans la préparation des Canucks à la Coupe du monde au Qatar. Le match s'annonçait festif puisque l'équipe aurait retrouvé son public pour la première fois depuis sa qualification au Mondial.

La grève fait d'autant plus tâche que le précédent match de préparation, face à l'Iran, a déjà été annulé, le 26 mai, pour d'autres raisons. La fédération avait dû faire machine arrière devant la levée de boucliers menée par le Premier ministre canadien. Justin Trudeau avait qualifié la rencontre de "mauvaise idée" vis-à-vis des familles des 85 citoyens et résidents canadiens morts lorsque les forces armées iraniennes ont abattu un avion de la compagnie Ukraine International, le 8 janvier 2020. 

Que demandent les joueurs ?

Par le mouvement de grève, l'équipe nationale masculine exprime son rejet des termes du nouveau contrat de travail. Dans une lettre, partagée sur les réseaux sociaux dimanche, les joueurs listent leurs motifs de mécontentements et leurs attentes. Précisant être en négociations avec la fédération depuis le mois de mars, ils critiquent une "offre archaïque".

"Le secrétaire général et le président de la fédération ne se sont rendus disponibles pour la première fois pour entrer en contact avec les joueurs que le 4 juin à 16 heures, précisent les joueurs. Pour ces raisons, nous avons décidé à contrecœur de ne pas jouer le match contre le Panama. Il est temps que nous prenions position pour l'avenir du football au Canada."

Les footballeurs canadiens ont notamment demandé des "conditions équitables avec l'équipe nationale féminine", en ce qui concerne les revenus liés aux matchs, le pourcentage des gains lors des Coupes du monde et le développement d'une ligue nationale féminine. Ils exigent de recevoir 40% des primes liées au Mondial et la prise en charge du transport vers le Qatar de leurs proches lors de la compétition.

En outre, ils appellent à une révision des contrats de diffusion de leurs matchs et de partenariats et à une présence accrue d'anciens membres des équipes masculine, féminine et paralympique dans les instances du football canadien. De manière plus globale, alors que le pays va participer à la deuxième Coupe du monde de son histoire, les joueurs attendent de leurs dirigeants qu'ils capitalisent sur l'événement pour générer des revenus supplémentaires.

Que répond la fédération canadienne ?

En réaction à l'annulation des entraînements, Canada Soccer a expliqué samedi être "présentement en discussion avec les joueurs de l'équipe nationale concernant une compensation financière juste et équitable à l'aube de la Coupe du monde". Son président, Nick Bontis, s'est montré cependant ferme dans son communiqué : "Canada Soccer a travaillé de bonne foi avec les joueurs pour trouver une solution qui soit juste pour tous. Nous pensons avoir présenté une offre équitable aux joueurs.".

Nick Bontis a estimé que la demande des joueurs n'était pas financièrement "tenable", ajoutant que la fédération a fait sa proposition en s'appuyant sur les exemples d'autres nations. Il a par ailleurs critiqué la demande d'égalité de traitement, assurant que Canada Soccer avait justement proposé les mêmes termes de contrat aux joueurs et aux joueuses de l'équipe nationale. 

Les Canucks espèrent que le différend sera résolu d'ici au match les opposant à Curaçao, jeudi, à Vancouver, dans le cadre de la Ligue des nations de la Concacaf (Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Canada

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.