Cambodge: les énormes factures impayées d'une musicienne française

C'est une vaste affaire d'escroquerie. Une compositrice et chef d'orchestre française a organisé des concerts en Asie et a laissé de nombreuses factures impayées. Le montant dépasse les 600.000 euros. Et pourtant, la musicienne bénéficiait du soutien de la République française.

(Le concert était organisé dans le somptueux cadre d'Angkor au Cambodge en 2013. Ici en photo, un concert de José Carreras en 2002 également à Angkor. © REUTERS/Chor Sokunthea)

L'affaire remonte à décembre 2013. Odile Perceau, une compositrice et chef d'orchestre française, organise alors de nombreux concerts. Il s'agissait alors de cérémonies au Cambodge destinées à célébrer le temple d'Angkor. Sur les plaquettes, le programme était exceptionnel. Pour la première fois, les autorités du Cambodge acceptaient l'organisation d'un spectacle sur ce site prestigieux. L'événement était parrainé par le roi lui-même.

Cambodge: les énormes factures impayées d'une musicienne française - reportage Sébastien Baer
--'--
--'--
L'organisatrice revendiquait le soutien de l'Unesco, des ambassades de France au Cambodge et en Birmanie, ainsi que de plusieurs grands groupes industriels. Et il n'y avait aucune raison de se méfier raconte Agnès Pyka, qui dirige l'ensemble instrumental Des Equilibres qui a participé à la tournée de concerts en Asie. "Sur les plaquettes, il y avait toutes sortes de logos, dont celui du ministère de la Culture. Nous on a fait confiance à ce qu'on a vu et aussi au déploiement d'argent et de luxe. On ne pensait pas qu'il s'agissait d'une escroquerie ".

Préjudice d'au moins 600.000 euros

Plus d'un an après cette série de concerts, aucun des participants -ou presque- n'a été payé. Ni les musiciens, ni le ballet national du Cambodge, ni le Sofitel qui a été entièrement réservé, ni la compagnie aérienne qui a transporté les artistes. Le préjudice global s'élèverait au moins à 600.000 euros.

Et à cette escroquerie s'ajouterait une autre imposture... artistique celle-là. Puisque, Odile Perceau n'aurait ni les compétences d'une chef d'orchestre, ni les compétences d'une compositrice. C'est tout du moins l'avis du violoncelliste Edouard Sapey-Triomphe, qui l'a accompagnée en Asie. "C'est quelqu'un qui ne connait pas les instruments. Sur trois semaines, il y avait toujours les mêmes décalages dans l'orchestre et elle n'arrivait pas à les régler. C'était un peu de l'amateurisme tout ça ", explique-t-il.

"Un concert nullissime" pour Aurélie Filippetti

Comment cette double supercherie a été possible? C'est là sans doute le plus étonnant. Odile Perceau a bénéficié de soutiens très prestigieux. Dans un courrier, la représentante de l'Unesco –qui a assisté à une représentation– évoque rien de moins qu'un "éblouissement ". Ce n'est pas l'avis de l'ancienne ministre de la Culture, Aurélie Filippetti. Elle était dans le public, en décembre 2013 à Angkor, à l'invitation du roi du Cambodge, mais explique "avoir toujours refusé de donner le moindre soutien, de signer la moindre lettre " car elle "savait qu'elle se servait de ces lettres pour se faire recommander ". "En plus, le concert était nullissime, on était affligé. C'est une imposture totale ", ajoute l'ancienne ministre.

Face à ces attaques, Odile Perceau, flûtiste de formation, a accepté de nous répondre. Elle ne conteste pas ses difficultés financières. Elle explique qu'elle a été trompée par un mécène qui n'a pas versé les 400.000 euros promis. Et elle assure qu'elle sera bientôt en mesure de rembourser ses créanciers. "Je comprends la colère, mais nous n'avons trompé personne. Nous nous battons depuis un an pour régler ce litige commercial ", se justifie la compositrice.

Une autre affaire en France

Depuis plus d'un an maintenant, l'ensemble Khloros est en sommeil. En 2014, Odile Perceau n'a pu assurer aucun événement à cause de ses difficultés de trésorerie. Et ceux qui la soutenaient sont très ennuyés, à l'image de Kerya Chau-Sun, la porte-parole d'Apsara, qui est chargée des événements culturels à Angkor. Sans elle, rien n'aurait pu s'organiser, et elle a du mal à accepter l'idée d'avoir été trompée. "Pour moi, c'est quelqu'un de charmant. Elle est bien vue dans les hautes sphères. Je ne comprends pas comment on a pu en arriver là. "

Selon nos informations, Odile Perceau serait impliquée dans une autre affaire à Cognac, en Charente. Une distillerie à qui avait été promise la visite de la première Dame de Chine en est pour ses frais. Le projet est annulé. Et 200.000 euros de travaux réalisés pour rien.