Cet article date de plus de neuf ans.

Brésil : un mort dans de violentes émeutes à Copacabana

De violentes émeutes ont éclaté mardi soir à Rio, dans une favela du quartier touristique de Copacabana, provoquant la mort d'au moins une personne. Ces violences font suite au décès d'un danseur professionnel dans des circonstances encore obscures.
Article rédigé par Matthieu Mondoloni
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Reuters)

C'est vers 17h30 (22h30 heures françaises) que les troubles ont éclaté. Pneus brûlés, barricades érigées, coups de feu, le quartier touristique de Copacabana a été la proie de violentes émeutes mardi soir au Brésil. Elles ont été déclenchées après la découverte du corps d'un danseur et DJ de 25 ans, Douglas Rafael da Silva Pereira, originaire de la favela du quartier.

Selon le témoignage de ses amis, le jeune homme était allé rendre visite à sa fille de quatre ans, qui vit dans la favela, quand un échange de tirs entre policiers et trafiquants de drogue a éclaté. Pour se mettre à l'abri, il aurait alors sauté une mur avant de se réfugier dans une crèche.

Mais les forces de l'ordre de l'Unité de police pacificatrice (UPP), installée depuis 2009 dans la favela pour la sécuriser en amont de la Coupe du Monde de football qui débutera le 12 juin, l'auraient pris pour un trafiquant et battu à mort.

"Quelle Coupe du Monde on va avoir ! "

"Il est mort à une heure du matin et présentait des traces de coups. Plus de 12 heures après on a réussi à voir son corps. Il était en position de défense, avec des blessures partout. Il n'y avait pas de marque de balles ", a déclaré sa mère, Maria de Fatima da Silva, une infirmière. "Ce danseur c'était un miroir pour les jeunes. Les jeunes se sont révoltés. Il y a eu une révolution des jeunes. Quelle Coupe du Monde on va avoir ! Il faut descendre dans la rue ", criait un femme au coeur du tumulte.

"Les circonstances de la mort de Douglas font l'objet d'une enquête. Le rapport fait sur place indique que les blessures de Douglas sont compatibles avec une mort occasionnée par une chute. Témoins et habitants seront convoqués pour témoigner ", a indiqué, de son côté, la police dans un bref communiqué.

Guerre sans merci entre trafiquants et policiers

"Cela a commencé vers 17h30. Il y a de la fumée partout, des tirs dans la rue et des personnes courent pour rentrer chez elles. De nombreux camions du Bope (police d'élite, ndlr) viennent de monter dans la favela. On est bloqués chez nous, on ne peut pas sortir ", a déclaré Etienne, un étudiant français qui habite dans la rue Saint Roman, qui monte à la favela.

L'électricité a été coupée plusieurs heures dans la favela, et des hélicoptères survolaient la zone. Les affrontements ont cessé vers 20h (1h du matin heure française), faisant au moins un mort, un homme de 30 ans tué d'une balle dans la tête.

A LIRE AUSSI ►►► Brésil : la mobilisation anti-Mondial s'achève dans la violence

Depuis 2008, en prévision de la Coupe du Monde, le gouvernement de Rio a mis en place 39 Unités de Police Pacificatrice (UPP) dans 174 favelas de la ville avec l'idée d'en chasser les trafiquants. Dernièrement, ces mêmes UPP ont été la cible d'attaques attribuées au crime organisé, qui cherche ainsi à regagner une partie du terrain perdu depuis quelques années.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.