Cet article date de plus d'un an.

Birmanie : un massacre de l’armée provoque l'indignation de l’ONU et de la communauté internationale

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Birmanie : un massacre de l’armée provoque l'indignation de l’ONU et de la communauté internationale
Birmanie : un massacre de l’armée provoque l'indignation de l’ONU et de la communauté internationale Birmanie : un massacre de l’armée provoque l'indignation de l’ONU et de la communauté internationale (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - M.Burgot, N.Murviedro, @RevelateursFTV
France Télévisions
France 2
En Birmanie, l’armée est responsable d’une attaque particulièrement meurtrière contre un village de rebelles. Les soldats ont ouvert le feu sur la population, parfois du ciel, tuant des civils. Le bilan provisoire fait état d'au moins 100 morts et de dizaines de blessés. L'ONU se dit "horrifié".

Des civils stupéfaits filment les ruines de leur village de Pazi Gyi (Birmanie). Ils viennent de subir une attaque aérienne. Les corps sans vie jonchent le sol. Plusieurs dizaines de morts sont à déplorer, après le passage d’hélicoptères militaires. Certaines victimes sont des enfants. La junte au pouvoir revendique justement le raid. Selon les militaires, une réunion d’opposants armés se tenait dans le village. La frappe meurtrière a visé la région rebelle de Kanbalu.

La population fuit vers la Thaïlande

L’Europe, les Nations unies et les associations de droits de l’homme se disent horrifiées. "Les forces de sécurité visent les civils de façon systématique. Ce sont de crimes contre l’humanité dont nous parlons", juge Phil Robertson, directeur adjoint Asie - Human Rights Watch. L’homme fort du pays a pris le pouvoir après un coup d’État, en février 2021. Depuis, Aung San Suu Kyi, figure de la démocratie, a été condamnée à 33 ans de prison. Le chaos s’est installé dans le pays. En deux ans, 1,5 million de civils birmans ont gagné la Thaïlande voisine pour fuir la pauvreté et les frappes aériennes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.