Benjamin Netanyahu aurait personnellement donné son feu vert au commando qui a tué un responsable du Hamas à Dubaï

Le Premier ministre israélien a rencontré les membres du commando au quartier général du Mossad à Tel Aviv avant qu'ils partent pour Dubaï, selon le Sunday Times.Les services secrets israéliens sont fortement soupçonnés d'avoir assassiné Mahmoud Al-Mabhouh, le 20 janvier dans sa chambre d'hôtel à Dubaï.

Les caméras de l\'hôtel de Dubaï montrent les meurtriers présumés d\'un cadre du Hamas, déguisés en touristes
Les caméras de l'hôtel de Dubaï montrent les meurtriers présumés d'un cadre du Hamas, déguisés en touristes (AFP / Police de Dubaï)

Le Premier ministre israélien a rencontré les membres du commando au quartier général du Mossad à Tel Aviv avant qu'ils partent pour Dubaï, selon le Sunday Times.

Les services secrets israéliens sont fortement soupçonnés d'avoir assassiné Mahmoud Al-Mabhouh, le 20 janvier dans sa chambre d'hôtel à Dubaï.

Benjamin Netanyahu a été accueilli début janvier par le chef des services secrets israéliens, Meir Dagan, et informé des projets d'assassinat du responsable du Hamas, indique l'hebdomadaire britannique, se référant à des sources proches du Mossad non identifiées. Le Premier ministre israélien a alors donné son feu vert à la mission, "qui n'était pas considérée comme trop compliquée ou risquée", poursuit le journal.

Les opérations menées par le Mossad doivent obtenir l'aval du seul Premier ministre, a par ailleurs indiqué dimanche le ministre de l'Industrie et ancien ministre de la Défense Binyamin Ben Eliezer. "Tout dépend du Premier ministre. Il n'est pas obligé de rendre compte au gouvernement lorsque le chef du Mossad obtient l'autorisation d'agir. Le chef du gouvernement peut, s'il le veut, informer le ministre de la Défense, mais ce n'est pas une obligation", a-t-il expliqué sur les ondes de la radio militaire israélienne.

Le ministère émirati des Affaires étrangères a convoqué dimanche les ambassadeurs des pays de l'Union européenne (UE) à Abou Dhabi pour leur signifier sa "profonde inquiétude" concernant les passeports européens utilisés par le commando qui a tué un cadre du Hamas à Dubaï.

Six passeports britanniques, trois irlandais, un français et un allemand ont été utilisés par le commando à Dubaï, ce qui a provoqué des tensions entre Israël et ces quatre pays européens. Le commando pourrait même avoir utilisé des passeports diplomatiques, selon le chef de la police de Dubaï.

Aucun gouvernement n'a accusé directement Israël d'être responsable de l'opération, alors que le chef de la police de Dubaï Dahi Khalfan Tamim a affirmé que "le Mossad était à 99% impliqué" dans l'assassinat du responsable du Hamas.

"La police de Dubaï n'a pas fourni de preuves qui incriminent" l'Etat hébreu, a rétorqué un haut responsable israélien à l'AFP vendredi, sous le couvert de l'anonymat.

En moins d'un mois, le système de sécurité de Dubaï, basé sur la surveillance électronique, a permis à la police de la ville-émirat de reconstituer le meurtre de Mahmoud al-Mabhouh, un des fondateurs de la branche militaire du Hamas, mettant le Mossad dans l'embarras.