Avion disparu : de possibles débris au large du Vietnam

Plusieurs pays participant aux recherches ont fait état de possibles débris en mer de Chine du sud. Mais le coordinateur des opérations maintient qu'aucun lien n'est formellement établi. Dans le même temps, en Malaisie, des enquêteurs évoquent "une possible désintégration" de l'appareil. Les familles des 239 personnes à bord restent dans l'incertitude. La France propose une aide technique. 

(Edgar Su Reuters)

Un avion vietnamien
aurait repéré deux objets semblant provenir d'un avion, au large de l'île de
Tho Chu, en mer de Chine du sud. La nuit empêche des vérifications rapides,
mais des bateaux seront dépêchés sur la zone lundi : il s'agit du secteur où
deux traînées de carburants ont été repérées samedi. Alors que plusieurs pays sont déjà impliqués dans els recherches, la France propose son aide.

Des recherches de grandes ampleur

Les recherches
menées depuis la disparition du vol MH370 se sont considérablement élargies
depuis la prise en compte d'un possible demi-tour de l'appareil. L'ampleur de
la coordination est sans précédent. Les investigations impliquent neuf pays,
dont la Chine et les Etats-Unis, 34 avions et 40 navires. Les Américains qui avaient
trois ressortissants à bord de l'avion ont envoyé des agents du FBI. A
Kuala-Lumpur, le coordinateur des opérations à la Direction de l'aviation civile maintenait dimanche soir qu'aucun lien ne pouvait être certifié entre les débris et l'appareil
recherché.

La France propose son aide 

Le bureau français d'enquête et d'analyses pour la
sécurité de l'aviation civile (BEA) a proposé son aide à la Malaisie et au Vietnam,
afin de participer aux recherches en mer de Chine du sud. Le BEA a fait dimanche soir une offre de service les opérations de recherche sous-marine et d'éventuelle récupération d'épave. 

Le désarroi des familles

Près de 48h après la disparition du Boeing 777 de Malaysia
Airlines, les familles des 239 personnes à bord restent dans l'angoisse, d'autant que la Malaisie s'est saisie d'une piste terroriste. Les
proches de 153
passagers chinois ont adressé une pétition à la
compagnie exigeant toute la vérité dans les plus délais. Réagissant à leur
désarroi, Malaysia Airlines a accepté de les transporter depuis Pékin au plus proche des
recherches. Le récit du correspondant de France
Info en Chine, Philippe Reltien. 

L'hypothèse d'une
désintégration

Des enquêteurs
auraient précisé dimanche étudier la possibilité d'une "désintégration " en vol de
l'appareil, à environ 35.000 pieds d'altitude. L'hypothèse serait émise par défaut, en l'absence
pour l'heure de découverte de débris. Si l'avion s'est abîmé en mer, il s'agirait
de la catastrophe aérienne la plus meurtrière d'un avion de ligne, depuis l'accident
en 2001 d'un appareil d'American Airlines qui avait fait 265 morts aux Etats-Unis.