Cet article date de plus de cinq ans.

Au moins 14 morts et 17 blessés dans une fusillade en Californie

Une fusillade a fait au moins 14 morts et 17 blessés mercredi, selon la police de San Bernardino, une ville à 100 kilomètres de Los Angeles, en Californie. Les deux tireurs présumés sont morts selon la police, il s'agit d'un homme et d'une femme. Ils ont été identifiés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Fusillade à San Bernardino, en Californie, dans un centre d'aide sociale © Sipa/Doug Saunders)

Des certitudes et encore beaucoup de zones d'ombre ce matin. Parmi les certitudes, il ne s'agit pas d'une fusillade aveugle commise par un tireur isolé. Il s'agit d'un véritable commando, deux personnes avec des armes lourdes, type fusil d'assaut, entrainé "comme pour une mission " selon le chef de la police, Jarrod Burgan. "Ils portaient des vêtements paramilitaires et ils avaient des armes d'assaut, pas des armes de poing " a-t-il dit. Les deux assaillants ont été abattus par la police après une brève course-poursuite. De quelle mission s'agissait-il? Quelles sont les motivations des tireurs? On sait que l'un d'entre eux, Syed Farook, est un citoyen américain. Il travaillait pour les centres de service de santé du comté et il participait à ce déjeuner de Noël. Selon des témoins, il en est parti après une discussion très vive. Il était accompagné d'une femme de 27 ans, Tashfeen Malik, dont la nationalité n'est pas connue. Selon le chef de la police, les personnes tuées par ses hommes sont les deux seuls suspects dans cette fusillade, la plus meurtrière aux Etats-Unis depuis décembre 2012. Selon le FBI, certains éléments peuvent laisser croire à une hypothèse terroriste.

Des fusillades "sans équivalent dans le monde"

Il y a une semaine, c'était un centre de plannification familiale qui était visé dans l'ouest des Etats-Unis, à Colorado Springs. Un homme avait abattu trois personnes dont un policier et en avait blessé plusieurs autres par balles. Il a été arrêté.

Deux heures après l'annonce de cette fusillade, le président Barack Obama a parlé de faits "sans équivalent dans le monde"

"Il y a des mesures que nous pourrions prendre, non pas pour éliminer toutes ces fusillades, mais pour améliorer les chances qu'elles ne se produisent pas avec une telle fréquence"

Hillary Clinton avait été la première à réagir : "On ne peut plus considérer cela comme normal. Il faut agir contre la violence par arme à feu maintenant"

La candidate à l'investiture démocrate relance le débat sur le port d'armes. Selon le Washington Post , il s'agit de la deuxième fusillade de la journée aux Etats-Unis et la 355e de l'année.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.