Cet article date de plus de dix ans.

Attentats de Boston : la police recherche deux témoins suspects

D'après l'un de nos correspondants à Washington, le FBI soupçonne deux personnes prises en photo quelques minutes avant et après la première explosion à Boston. L'un des deux hommes semble s'être débarrassé d'un sac à dos entre les deux prises de vue.
Article rédigé par Pierre-Yves Dugua
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Reuters)

Les autorités fédérales sont à la recherche de deux témoins
-suspects potentiels- après l'attentat de Boston, d'après notre correspondant
Pierre-Yves Dugua. Les deux hommes ont été photographiés quelques minutes à
proximité des trois victimes de la double explosion mortelle.

Deux sacs sombres

Ce qui intéresse particulièrement les enquêteurs, ce sont
les deux sacs que ces témoins portaient juste avant l'attentat : deux sacs
sombres, dont un sac à dos. Sur une autre photo, on voit l'un des témoins après
l'explosion. Il ne porte plus de sac. Or, d'après les images de la bombe
publiées par le FBI, des traces de nylon noir font penser qu'elle était
contenue dans un sac à dos sombre.

Le FBI publie des images de la bombe utilisée à Boston

Vers la piste islamiste ?

Les deux hommes pourraient être originaires du Moyen-Orient
ou d'Afrique du nord. D'après notre correspondant, le FBI fait appel en ce
moment à des spécialistes de deux régions pour le déterminer de façon plus
précise. Si l'information se confirme, l'hypothèse de la piste islamiste pourrait être rapidement privilégiée.

Depuis quelques heures, la confusion règne aux Etats-Unis sur les
avancées de l'enquête. Plusieurs médias américains, dont CNN et le Boston
Globe, ont annoncé mercredi qu'un suspect était entre les mains du FBI. Mais la
police fédérale américaine a publié un démenti
officiel avant de reporter sine die une
conférence de presse prévue dans la soirée. CNN est revenu sur ses propos, évoquant "une confusion" et un "malentendu".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.