Cet article date de plus de huit ans.

Pas facile de mesurer 2,33 mètres en Birmanie

Win Zaw Oo serait le plus grand de tous les Birmans. Grâce à sa toute nouvelle célébrité, il peut enfin espérer être traité contre ce gigantisme.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Win Zaw Oo, le plus grand Birman connu, au milieu de la foule à l'aéroprt international de Rangoun le 15 août 2013. (YE AUNG THU / AFP)

Seuls 18 petits centimètres le séparent de l'homme le plus grand du monde. Win Zaw Oo mesure 2,33 m. Il est à 36 ans le plus grand Birman connu. La publication de son histoire par la presse officielle a attiré l'attention de la population et du corps médical.

Mais dans un pays au système de santé ravagé par un demi-siècle de dictature militaire, il ne peut recevoir les soins appropriés pour empêcher que son état ne s'aggrave. Alors il est parti jeudi 15 août pour Singapour, où il devrait être opéré d'une tumeur de l'hypophyse responsable d'une production excessive d'hormone de croissance. Le quotidien de Singapour The Straits Times (lien en anglais) lui a consacré un diaporama.

L'acromégalie, une maladie très rare 

Sa grande taille est liée à une maladie très rare appelée acromégalie. Ses médecins pensent que Win Zaw Oo a arrêté de grandir, mais sa maladie lui fait malgré tout courir de nombreux risques. L'acromégalie peut en effet s'accompagner de diabète, d'hypertension et de problèmes cardiaques conduisant à "une espérance de vie réduite", selon la Fondation pituitaire britannique.

"Grand Zaw", comme le surnomme ses amis, sait depuis son adolescence qu'il est différent. Une poussée de croissance l'a alors propulsé bien au-dessus des habitants de son village reculé du centre de la Birmanie, et du 1,68 m du Birman moyen. Un défi au quotidien. 

Win Zaw Oo rêve de faire du cinéma

Ses parents et ses trois sœurs, qui gagnent à peine leur vie en faisant pousser des cacahouètes et des graines de sésame, ont pu lui confectionner des longyis extra-longs - une jupe traditionnelle birmane portée à la fois par les hommes et les femmes. Mais des chaussures sur mesure étaient bien trop chères, alors il a dû vivre pieds nus quasiment toute sa vie.

Le trentenaire, qui se fatigue vite, n'a pas réussi à garder un emploi stable, même s'il propose son aide aux habitants de son village de la région de Magway, notamment pour les travaux de construction, pour lesquels il n'a pas besoin d'échelle. Après son opération, Win Zaw Oo espère réaliser ses rêves, dans le cinéma grâce à sa nouvelle notoriété ou avec un commerce qu'il créerait avec ses sœurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.