Cet article date de plus de neuf ans.

Armes : Obama appelle les Américains à un "examen de conscience"

Un peu plus tôt dans la journée, deux personnes avaient été tuées dans un lycée de l'Oregon. "Nous sommes le seul pays développé au monde où cela se produit". Le président américain a dit que sa plus grande frustration venait de l'impossibilité de prendre des mesures concernant les armes.
Article rédigé par Guillaume Gaven
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Barack Obama, aux côtés du fondateur de Tumblr, David Karp © REUTERS/Larry Downing)

 "Nous sommes le seul pays développé au monde où cela se produit, et aujourd'hui ça se passe une fois par semaine". C'est lors d' que le président américain a fait une sortie - remarquée - sur les armes à feu. Il faut dire que, plus tôt dans la journée, un lycéen avait ouvert le feu dans l'Oregon avant de retourner l'arme contre lui ; dimanche, une fusillade avait fait cinq morts à Las Vegas ; avant, Seattle le 5 juin (un mort), Santa Barbara le 23 mai (sept morts). Selon le centre Brady, qui lutte contre la violence par arme à feu, 32 Américains sont tués chaque jours par arme.

Les chiffres sont là. Et Barack Obama de déclarer publiquement que l'une de ses plus grandes frustrations, en tant que président, était bien l'impossibilité de prendre des mesures sur les armes. "Je suis prêt à travailler avec quiconque, y compris des sportifs et des propriétaires d'armes responsables, pour trouver des solutions mais, aujourd'hui, il n'est pas possible de faire voter la moindre restriction au Congrès, ce dont nous devrions avoir honte" . Début 2013, il avait en vain tenté de légiférer, après la tuerie de Newton, dans le Connecticut, où 20 enfants et six adultes avaient été massacrés par un tireur solitaire.

"Ce pays a besoin de passer un examen de conscience ", estime donc son président. "Cela devient la norme et nous prenons ces faits pour acquis, d'une manière que je trouve terrifiante en tant que parent."  En appuyant sur la corde sensible, il fera peut-être évoluer le débat...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.