Mexique : deux criminels avouent avoir tué 17 étudiants enlevés en septembre

Quarante-trois élèves qui suivaient une formation pour devenir enseignants ont été enlevés, le 26 septembre, après une manifestation dans le sud du pays.

Des soldats montent la garde devant un site où a été découverte une fosse commune, le 4 octobre 2014, à Colonia Las Parotas (Mexique).
Des soldats montent la garde devant un site où a été découverte une fosse commune, le 4 octobre 2014, à Colonia Las Parotas (Mexique). (JORGE LOPEZ / REUTERS)

Le mystère des étudiants disparus se dissipe au Mexique. Deux membres présumés d'un gang criminel ont avoué avoir tué 17 des 43 étudiants portés disparus depuis plus d'une semaine dans le sud du pays, a déclaré, dimanche 5 octobre, un procureur régional. Jusqu'à présent, 28 corps ont été retrouvés près de la ville d'Iguala, mais il faudra au moins deux semaines pour déterminer avec certitude que ce sont les cadavres d'étudiants disparus.

Les 43 jeunes portés disparus sont des élèves d'une école normale (qui forme de futurs enseignants) proche de Chilpancingo, capitale de l'Etat de Guerrero, connue pour être un foyer de contestation. Ces étudiants étaient venus, le 26 septembre, avec des dizaines d'autres du même établissement, à Iguala, pour, selon leurs dires, récolter des fonds et manifester. Ils s'étaient ensuite emparés de trois autobus des transports publics locaux pour rentrer chez eux.

Des policiers municipaux et des hommes armés non identifiés avaient tiré sur ces autobus, faisant trois morts. D'autres fusillades dans la soirée avaient fait trois autres morts.

Abattus à côté de fosses clandestines

Le procureur régional a signalé que deux présumés criminels du groupe Guerreros Unidos, sur la trentaine de personnes arrêtées dans cette affaire, "ont indiqué avoir participé directement au meurtre d'étudiants". Les tueurs ont fait descendre les étudiants d'un autobus, "se sont emparés de 17 d'entre eux pour les transférer vers les hauteurs d'une colline de Pueblo Viejo où ils ont creusé des fosses clandestines et où ils disent les avoir abattus", a déclaré le procureur.

Dans ces fosses, découvertes samedi, les autorités ont exhumé jusqu'à présent "28 corps au total, certains complets, d'autres fragmentés et présentant des signes de calcination", a aussi dit le procureur. Il a demandé que l'on attende les résultats des tests génétiques pour confirmer qu'il y a, parmi eux, certains des étudiants disparus.