Cet article date de plus de neuf ans.

Le président bolivien expulse l'agence américaine Usaid de son pays

Evo Morales a accusé l'agence américaine pour le développement international de conspirer "contre le peuple, et particulièrement contre le gouvernement national".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président bolivien, Evo Morales, s'adresse à des journalistes à La Paz, la capitale bolivienne, le 24 avril 2013. (AIZAR RALDES / AFP)

L'Usaid, l'agence américaine pour le développement international, n'est plus la bienvenue en Bolivie. Le président bolivien, Evo Morales, a annoncé mercredi 1er mai l'expulsion de l'agence, en l'accusant de conspiration et d'ingérence dans la politique intérieure bolivienne, lors d'un discours enflammé prononcé devant des milliers de personnes. 

Présente en Bolivie depuis 1964, l'Usaid se trouve dans ce pays "pour des objectifs politiques et non pour des objectifs sociaux", a affirmé Evo Morales, une des figures de la gauche radicale latino-américaine. Selon lui, l'agence et d'autres institutions liées à l'ambassade des Etats-Unis à La Paz "conspirent contre le peuple, et particulièrement contre le gouvernement national".

Dans son discours, Evo Morales a critiqué avec virulence le secrétaire d'Etat américain, John Kerry. En avril, le chef de la diplomatie américaine avait déclaré, devant la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, que l'Amérique latine était "l'arrière-cour" des Etats-Unis. Il a également accusé l'Usaid d'être un "instrument [de Washington] qui persiste à avoir une mentalité de domination, de soumission".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.