La mort de Richard Descoings, directeur de Sciences Po, reste inexpliquée

L'autopsie pratiquée mercredi n'est pas concluante. De nouvelles analyses sont nécessaires. Les résultats ne seront pas connus avant dix ou quinze jours.

Le corps de Richard Descoings, évacué de l\'hôtel Michelangelo, à New York, le 3 avril.
Le corps de Richard Descoings, évacué de l'hôtel Michelangelo, à New York, le 3 avril. (CHIP EAST / REUTERS)

On ne sait toujours pas de quoi est mort le directeur de Sciences Po, Richard Descoings. L'autopsie pratiquée mercredi "n'est pas concluante, et nous devons faire d'autres tests toxicologiques et de tissus", ont précisé les autorités. Selon une porte-parole, il faudra attendre "dix ou quinze jours".

Richard Descoings, 53 ans, avait été trouvé mort mardi 3 avril, nu dans le lit de la chambre 723 de l'hôtel Michelangelo, à Manhattan. Depuis, "l'enquête se poursuit", s'est contenté de déclarer un porte-parole de la police de New York. Selon le commissaire adjoint Paul Browne, les enquêteurs n'ont pas de "preuve d'acte criminel", sur les conditions de la mort de l'universitaire qui ne portait "pas de signe de traumatisme". Il se trouvait à New York pour participer à une conférence.

Ordinateur et téléphone retrouvés quatre étages plus bas

Si le désordre constaté dans la chambre s'explique par l'intervention des secours, la police a expliqué que l'ordinateur et le téléphone du directeur de Sciences Po avaient été retrouvés quatre étages plus bas. Ils ont été apparemment jetés par la fenêtre de sa chambre au septième étage.

Le New York Post, citant des sources policières, a évoqué la visite de "deux hommes", et la présence de bouteilles d'alcool vides et d'antidépresseurs dans la chambre. Après avoir évoqué "la possibilité que d'autres personnes se soient trouvées dans la chambre à un moment donné", Paul Browne s'était ensuite refusé à tout commentaire.

Vive émotion en France

Cette mort a suscité une vive émotion en France, de la part de ses étudiants, mais aussi dans la classe politique et le monde éducatif. Nombre de personnalités ont salué un "visionnaire", "infatigable et passionné" ayant donné une "impulsion remarquable" à son école durant ses seize ans à la tête de Sciences Po Paris.

La femme de Richard Descoings, Nadia Descoings, ses frères et son fils Etienne sont arrivés mercredi matin à New York. Ils y resteront jusqu'au rapatriement du corps, les prélèvements étant terminés.