Cet article date de plus de sept ans.

La réforme de la santé aux Etats-Unis tourne au fiasco

Barack Obama concède un "ratage" dans la mise en œuvre du nouveau système de santé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président des Etats-Unis, Barack Obama, lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le 14 novembre 2013. (LARRY DOWNING / REUTERS)

Il a prononcé le mot à quatre reprises. A l'occasion d'une conférence de presse à la Maison Blanche, Barack Obama a concédé un "ratage", jeudi 14 novembre, à propos de la mise en œuvre de son nouveau système de santé, le fameux "Obamacare".

Depuis le 1er octobre, les Américains doivent en effet souscrire via internet à une assurance-maladie, sous peine d'écoper d'une amende. Mais un mois et demi après la mise en service de ces sites web, le bilan est catastrophique. En octobre, seulement 27 000 personnes ont pu souscrire à une assurance grâce au site internet fédéral, le plus important, quand Barack Obama en attendait 500 000 ! En cause, essentiellement des serveurs surchargés et de multiples bugs techniques. Quant aux 5% d'Américains qui étaient assurés auprès d'assureurs privés et sans passer par des employeurs, ils ont vu leurs forfaits d'assurance résiliés car ils devenaient illégaux au regard de la nouvelle loi.

"C'est moi le responsable. Nous avons raté le lancement de cette réforme", a admis le président américain, jeudi soir, affirmant avoir entendu "cinq sur cinq" les critiques. "Je comprends à quel point [une résiliation] peut provoquer la détresse de nombreux Américains", a-t-il souligné, en annonçant que les vieilles polices d'assurance pourraient être reconduites en 2014.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.