Cet article date de plus de neuf ans.

Etats-Unis : l'escroc Bernard Madoff entre au musée du Crime

Des objets personnels du financier déchu sont exposés dans ce musée très particulier, à Washington.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le financier déchu Bernard Madoff, lors de son procès qui lui a valu 150 ans de prison, le 12 mars 2009 à New York (Etats-Unis). (STEPHEN CHERNIN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Une batte de base-ball gravée au nom de "Bernie Madoff", une lettre dans laquelle le financier déchu demande pardon à son fils Andrew, ou encore une des cinq clés passe-partout de son bureau new-yorkais. Ce sont quelques-uns des objets ayant appartenu à Bernard Madoff et exposés à partir du mardi 21 mai au musée du Crime de Washington (Etats-Unis). On peut également y voir son tapis de souris ou sa carte de visite, dont le Huffington Post publie des photos (lien en anglais). En tout, une quinzaine de pièces sont exposées, entre mafieux et tueurs en série.

En 2009, Bernard Madoff, 75 ans, purge une peine de 150 ans de prison pour une escroquerie qui a coûté plus de 20 milliards de dollars à des milliers d'investisseurs. Un acte qui lui vaut de se voir comparé aux pires criminels, comme le justifie Janine Vaccarello, directrice du musée : "Le public pense violence quand on parle de crime, mais beaucoup [de criminels] ne sont pas violents. Le musée doit s'intéresser à tous", a-t-elle indiqué à l'AFP.

La vitrine de Bernard Madoff se trouve à côté d'un mur consacré à Frank Abagnale, un escroc rendu célèbre par le film Arrête-moi si tu peux, avec Leonardo DiCaprio. Mais Bernard Madoff, "c'est le pire des pires, avec des milliers de victimes dans de nombreux pays", ajoute Janine Vaccarello, qui précise que les objets ont été donnés par le fils Madoff, le liquidateur Irving Picard ou des victimes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.