Cet article date de plus de huit ans.

Dix ans de prison pour avoir diffusé des photos de Scarlett Johansson nue

Arrêté en 2011, Christopher Chaney avait piraté les données de plus de 50 stars, comme Mila Kunis, Scarlett Johansson ou Christina Aguilera.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'actrice américaine Scarlett Johansson, en mai 2012. (CHARLES SYKES / AP / SIPA)

Un juge américain a condamné, lundi 17 décembre, un pirate informatique à dix ans de prison pour avoir pénétré dans les comptes de courriels de vedettes d'Hollywood, dont l'actrice Scarlett Johansson, et avoir diffusé ensuite sur internet des images de la jeune femme dénudée, comme le relatait à l'époque Voici.fr. Christopher Chaney, 36 ans, a également été condamné à payer au total 76 000 dollars (57 000 euros) au total à Scarlett Johansson, Christina Aguilera et Renee Olstead, ainsi qu'à des dizaines d'autres personnes dont les comptes ont été piratés.

Le prévenu avait plaidé coupable en mars et il risquait jusqu'à 121 ans de prison si les 26 charges d'accusation étaient retenues. Le juge a estimé que les agissements de l'accusé démontraient "un mépris incroyable pour les victimes", et notamment deux d'entre elles que Christopher Chaney a traquées durant plus de dix ans. "Des écoutes téléphoniques illégales lui ont permis d'avoir accès aux courriels envoyés par près de 50 victimes, et de voir leurs informations les plus personnelles", avait souligné le procureur Andre Birotte Jr.

"M. Chaney est coupable d'avoir obtenu des dizaines de photos privées qu'il a diffusées sur internet où tout le monde pouvait les voir. Cette affaire rappelle que la cybercriminalité est une réelle menace pour tous les Américains. Tout le monde devrait faire attention aux informations personnelles qui sont mises sur internet", a-t-il ajouté. Christopher Chaney avait été arrêté en octobre 2011 par le FBI après onze mois d'enquête.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.