L'arrêt de la production de pétrole fait s'envoler les prix au Soudan du Sud

Conséquence du conflit avec le Nord, le Soudan du Sud a dû cesser de produire du pétrole. Les coûts de transport se sont envolés et, avec eux, les prix des biens de consommation. A Malakal, capitale de l'Etat du Nil supérieur, région riche en pétrole, les habitants peinent de plus en plus à se nourrir.

Sur un marché du Soudan du Sud.
Sur un marché du Soudan du Sud. (AFP)

En un an, les prix ont quasiment doublé. Pour produire du pétrole le Soudan du Sud dépend du Soudan où passent les oléoducs, mais les deux pays en conflit ne sont pas parvenus à s'entendre sur le coût du transport de l'or noir. Depuis janvier 2012, la production a cessé.

Entre le prix du pétrole et les combats à la frontière, les commerçants font de moins en moins le voyage du nord au sud. Le prix du sorgo, l'aliment de base de la population, a augmenté de plus de 70% en quelques mois. Une crise très importante est à craindre.

A moins d'un apaisement des tensions entre les deux parties, le million d'habitants du Soudan du Sud va en payer les conséquences.

Le 12 avril, le Conseil de sécurité de l'ONU a «exigé» des deux pays qu'ils «cessent  les combats totalement, immédiatement et sans conditions». Le Conseil a également demandé aux présidents du Soudan Omar el-Béchir et du Soudan du Sud Salva Kiir de se rencontrer «comme prévu initialement», le 3 avril.

 

Une crise alimentaire redoutée

 

 

AFP, le 14 avril 2012