Somalie : six civils et trois policiers tués dans l'attaque d'un hôtel à Mogadiscio par des islamistes radicaux

Les shebab, affiliés à Al-Qaïda, ont été neutralisés dans la nuit de vendredi à samedi après six heures de siège dans l'hôtel.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Des habitants de Mogadiscio (Somalie) évaluent les dégâts sur le site d'une attaque à l'hôtel Pearl Beach, le 10 juin 2023. (HASSAN ALI ELMI / AFP)

Six civils et trois membres des forces de l'ordre ont été tués dans l'attaque d'un hôtel de Mogadiscio par un commando d'islamistes radicaux shebab, affiliés à Al-Qaïda, a annoncé la police somalienne samedi 10 juin. Ils ont été neutralisés dans la nuit de vendredi à samedi après six heures de siège. Dix civils ont été blessés et "les forces de sécurité ont réussi à sauver 84 personnes, dont des femmes, des enfants et des personnes âgées", a précisé la police dans un communiqué. 

L'attaque, revendiquée par les combattants islamistes proches d'Al-Qaïda, a débuté peu avant 20 heures (heure locale) vendredi, quand sept personnes ont alors pris d'assaut l'hôtel Pearl Beach, sur le front de mer de Mogadiscio. Elle s'est terminée vers 2 heures du matin, selon la police, après des échanges de tirs nourris entre les forces de l'ordre et les assaillants, qui ont tous été tués.

Les hôtels souvent pris pour cible

Plusieurs ambulances étaient stationnées à proximité, a constaté un journaliste de l'AFP. "Je me trouvais près du restaurant du Pearl Beach quand une forte explosion a retenti devant le bâtiment", a déclaré à l'AFP un témoin, Abdirahim Ali. "J'ai réussi à m'enfuir, mais il y a eu ensuite des tirs nourris et les forces de sécurité sont arrivées en force".

Les shebab, qui réclament l'instauration de la loi islamique dans le pays, combattent depuis plus de quinze ans le gouvernement fédéral soutenu par la communauté internationale. Ils prennent souvent pour cible les hôtels qui accueillent généralement de hauts fonctionnaires somaliens et étrangers.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.