Cameroun : au moins six soldats tués dans une attaque de Boko Haram

Les membres du groupe terroriste nigérian multiplient ces dernières années les attaques meurtrières contre les forces de sécurité et les civils dans l'extrême-nord du pays ainsi qu'au Nigeria, au Niger et au Tchad.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des soldats de l'armée camerounaise, le 28 septembre 2018 à Mora (Cameroun). (ALEXIS HUGUET / AFP)

Drame au Cameroun. Au moins six soldats de l'armée camerounaise ont été tués samedi 24 juillet dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram dans l'extrême-nord du Cameroun, où les jihadistes multiplient les attaques, a déclaré le gouverneur de la région à la radio d'État.

Les membres de Boko Haram "sont venus vers quatre heures du matin, à bord de six véhicules, lourdement armés. Nous déplorons la mort de nos six soldats qui sont tombés sur le champ, les armes à la main, et il y en a eu quatre qui ont été blessés", a déclaré à la CRTV Bakari Midjiyawa.

L'attaque des jihadistes a eu lieu à Sagmé, à quelques dizaines de kilomètres de la frontière avec le Nigeria, où est né Boko Haram. Un rapport de la police, confirmé par plusieurs sources locales, fait lui état de la mort de huit soldats.

36 000 morts depuis 2009

Les membres de Boko Haram et d'une branche dissidente, le groupe État Islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), multiplient ces dernières années les attaques meurtrières contre les forces de sécurité et les civils dans l'extrême-nord du Cameroun comme dans les régions limitrophes des trois pays voisins, le Nigeria, le Niger et le Tchad. Des civils y sont également enlevès.

L'insurrection de Boko Haram est née en 2009 dans le nord-est du Nigeria avant de se propager dans les pays voisins. Depuis, plus de 36 000 personnes (principalement au Nigeria) ont été tuées, et 3 millions ont dû fuir leur domicile, selon l'ONU.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Boko Haram

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.