Les violences anti-américaines s'étendent dans le monde arabe

Les manifestations se multiplient dans le monde arabe pour protester contre la diffusion sur internet d'un film jugé anti-islam.

Des manifestants égyptiens brandissent des pancartes à proximité de l\'ambassade des Etats-Unis, au Caire (Egypte), le 12 septembre 2012. 
Des manifestants égyptiens brandissent des pancartes à proximité de l'ambassade des Etats-Unis, au Caire (Egypte), le 12 septembre 2012.  (KHALED DESOUKI / AFP)

VIOLENCES ANTI-AMERICAINES - Les manifestations ne cessent de se multiplier dans le monde arabe après la diffusion sur internet du film L'Innocence des musulmans (Innocence of Muslims), produit et réalisé par un cinéaste défenseur de thèses islamophobes. Après les attaques du mardi 11 septembre, qui ont fait quatre morts, dont l'ambassadeur des Etats-Unis, à Benghazi (Libye), une vague de protestation anti-américaine a envahi jeudi 13 septembre une partie du monde arabe.

Quatre morts au Yémen

Des manifestants ont pris d'assaut jeudi l'ambassade des Etats-Unis à Sanaa, la capitale du pays. La police a tiré en l'air pour tenter de disperser les émeutiers, mais ces derniers sont entrés dans l'enceinte de l'ambassade et ont mis le feu à des véhicules qui y étaient stationnés. Quatre personnes ont été tuées lors de ces échauffourées.

Francetv info

Des violences au Caire 

Dans la capitale égyptienne, de nouvelles violences entre manifestants et forces de l'ordre ont également éclaté jeudi, malgré les appels au calme lancés par le président égyptien, Mohamed Morsi. 

Jeudi matin, aux abords de la chancellerie, l'air était chargé de gaz lacrymogène, selon un journaliste de l'AFP. Les manifestants ont commencé par lancer "des pierres et des bouteilles explosives sur les forces de l'ordre chargées d'assurer la sécurité de l'ambassade", provoquant l'intervention de celles-ci, selon le ministère de l'Intérieur. D'après le ministère de la Santé, 13 personnes ont été blessées dans ces violences sporadiques qui ont débuté dans la nuit. 

Francetv info

Depuis deux jours, des rassemblements, souvent violents, se sont déroulés devant l'ambassade des Etats-Unis au Caire, toujours pour protester contre la diffusion du film L'Innocence des musulmans. Dans le pays, on craint de nouvelles tensions entre musulmans et chrétiens coptes, car selon la presse égyptienne et des prédicateurs musulmans radicaux, des coptes vivant aux Etats-Unis seraient impliqués dans la réalisation du long métrage.

Reuters

La colère, de l'Iran au Maroc

Des rassemblements ont également eu lieu, dans la nuit de mercredi à jeudi, devant des représentations américaines à Casablanca (Maroc), Tunis (Tunisie) et Khartoum (Soudan). Une manifestation est prévue jeudi à Téhéran (Iran) devant l'ambassade de Suisse, qui représente les intérêts américains. En Irak voisin, des centaines de sympathisants du leader chiite Moqtada Sadr ont également manifesté dans la ville de Najaf, scandant des slogans hostiles aux Etats-Unis et à Israël.

En marge des manifestations anti-américaines à Benghazi, des habitants de la ville sont également descendus dans la rue, mais cette fois pour condamner l'attaque sur le consulat des Etats-Unis. "La Libye n'est pas l'Afghanistan", "les voyous et les tueurs ne représentent pas la Libye" ou encore "non aux insultes contre le prophète, non aux insultes contre l'islam, non au terrorisme", lisait-on sur les pancartes.

Des inquiétudes côté américain

Inquiet pour la sécurité des ressortissants américains dans les pays concernés, le président américain, Barack Obama, a appelé jeudi les dirigeants d'Egypte et de Libye pour discuter de leur coopération dans le domaine de la sécurité. Le président des Etats-Unis a demandé à la Libye de collaborer avec Washington afin d'arrêter et traduire en justice les auteurs des meurtres de mardi, et a pressé l'Egypte de respecter ses engagements en matière de protection des délégations des Etats-Unis et de leur personnel.

Dans une allocution diffusée par la télévision d'Etat égyptienne, son homologue égyptien, Mohamed Morsi, a rappelé qu'"il est [du devoir des Egyptiens] de protéger nos hôtes et ceux qui viennent de l'étranger", ajoutant : "J'appelle tout le monde à prendre cela en compte, à ne pas contrevenir à la loi en Egypte et (...) à ne pas agresser les ambassades."