Burkina Faso : l'ex-président Compaoré mis en accusation pour "haute trahison" par les députés

Blaise Compaoré a été balayé du pouvoir par la rue, en octobre, alors qu'il tentait de modifier la loi fondamentale pour briguer un nouveau mandat.

L\'ex-président Blaise Compaoré, le 26 juillet 2014, à Ouagadougou (Burkina Faso). 
L'ex-président Blaise Compaoré, le 26 juillet 2014, à Ouagadougou (Burkina Faso).  (SIA KAMBOU / AFP)

Les députés du Parlement intérimaire du Burkina Faso ont voté, jeudi 16 juillet, la mise en accusation de l'ex-président Blaise Compaoré devant la Haute Cour de justice pour "haute trahison" et "attentat à la Constitution".

L'ancien chef de l'Etat est notamment accusé par les députés de s'être "entêté à mettre en œuvre sa volonté de modifier la Constitution en vue de freiner le processus de l'alternance démocratique" au Burkina Faso.

Chassé du pouvoir par la rue

Le régime de l'ex-président a été balayé du pouvoir par la rue, le 31 octobre 2014, alors que celui-ci tentait de modifier la loi fondamentale pour briguer un nouveau mandat. Blaise Compaoré était au pouvoir depuis 1987.

Depuis, le Burkina Faso est dirigé par des autorités intérimaires, mais l'armée occupe les postes clés du gouvernement transitoire. Le lieutenant-colonel Issac Zida cumule, par exemple, le poste de Premier ministre avec celui de ministre de la Défense.