Cet article date de plus d'un an.

Afghanistan : deux militaires américains tués par un soldat afghan

Cette attaque n'a pour l'heure pas été revendiquée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des soldats américains dans le district de Deh Bala, en Afghanistan, le 7 juillet 2018. (WAKIL KOHSAR / AFP)

Deux militaires américains ont été tués et six autres blessés samedi 8 février au cours d'une attaque au fusil-mitrailleur perpétrée par un soldat afghan dans l'est de l'Afghanistan, selon les autorités. 

"Les informations actuelles indiquent qu'un individu portant un uniforme afghan a ouvert le feu avec un fusil-mitrailleur sur un groupe de soldats américains et afghans", a déclaré dimanche dans un communiqué le porte-parole des forces américaines en Afghanistan. Il avait précédemment confirmé que ces militaires avaient essuyé des "tirs directs" dans la province de Nangarhar.

Une année 2019 meurtrière pour les troupes américaines

Le gouverneur de la province a déclaré à la presse que trois soldats afghans étaient blessés. Il a affirmé qu'il n'était pas clair dans l'immédiat si l'incident était un acte délibéré perpétré par une personne "infiltrée" ou s'il s'agissait d'un accident.

Le porte-parole des forces américaines a lui aussi indiqué que la raison de cette attaque était pour l'instant inconnue. Il n'y avait pas dans l'immédiat de revendication de l'attaque.

L'année dernière a été la plus meurtrière pour les troupes américaines en Afghanistan depuis la fin officielle des opérations de combat, fin 2014. En décembre, des talibans infiltrés dans les rangs des militaires afghans ont tué neuf soldats afghans dans le centre du pays. En juillet, un soldat afghan a tué deux militaires américains qui se trouvaient dans une base afghane dans la province de Kandahar (sud). Cet incident est intervenu quelques semaines après qu'un autre soldat afghan a tué par balles un colonel de l'armée afghane dans la province de Ghazni (est).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.