Vidéo Les nappes phréatiques connaissent un assèchement inquiétant

Publié
Durée de la vidéo : 5 min
Actuellement, selon les chiffres du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), 75 % des nappes phréatiques ont un faible à très faible niveau d’eau en France. Dans la grotte de Clamouse, dans le département de l’Hérault, le constat de cette rivière souterraine est très préoccupant. Une situation qui menace plusieurs communes d’un manque d’eau.
VIDEO. Les nappes phréatiques connaissent un assèchement inquiétant Actuellement, selon les chiffres du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), 75 % des nappes phréatiques ont un faible à très faible niveau d’eau en France. Dans la grotte de Clamouse, dans le département de l’Hérault, le constat de cette rivière souterraine est très préoccupant. Une situation qui menace plusieurs communes d’un manque d’eau. (Brut.)
Article rédigé par Brut.
France Télévisions
Actuellement, selon les chiffres du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), 75 % des nappes phréatiques ont un faible à très faible niveau d’eau en France. Dans la grotte de Clamouse, dans le département de l’Hérault, le constat de cette rivière souterraine est très préoccupant. Une situation qui menace plusieurs communes d’un manque d’eau.

Depuis douze ans, Sandro Casagrande, spéléologue et directeur technique de la grotte de Clamouse, jauge l’état de ces cavités souterraines. Au cours de ces années, il constate une baisse du niveau de la rivière souterraine qu’il évalue à cinq mètres par an environ. L'assèchement pourrait potentiellement entraîner des fissures, des effondrements à certains endroits de la grotte. Pour Charline Morin, ingénieure risques naturels chez Mayane, cette diminution raconte que les ressources en eau baissent considérablement, à tel point que le risque d’impact sur notre territoire au niveau des usages de l’eau est élevé. 

Une nappe phréatique qui épuise peu à peu ses ressources 

Si cette nappe phréatique diminue dangereusement, ce seront les six villages environnants qui seront impactés, soit un peu plus de 5 000 personnes. “On va récupérer l'eau, on la fait remonter en surface, on la traite, on la rend potable, ensuite, on l'envoie soit dans un château d'eau pour la stocker, soit directement dans les canalisations, dès qu'il y en a besoin, dans la ville”, explique Charline Morin. L’eau de ces nappes est indispensable puisqu’elle représente deux tiers de notre consommation en eau potable et un tiers de l'eau utilisée par le secteur agricole. 


Dans l’Hérault, le niveau des nappes phréatiques est bas. Le manque d’eau s’est fait ressentir notamment en février et mars derniers avec des communes qui étaient dépourvues d’eau, selon Sandro Casagrande. “Nous, ici, on a des taux de pluviométrie extrêmement faibles qui sont tombés. Du coup, cette eau ne s'est pas infiltrée. Et là, à partir de maintenant, toute l'eau qui va tomber, l'eau de pluie qu'on va avoir ne sert plus à alimenter les nappes, elle sert principalement à la végétation qui est en train de reprendre”, indique l’ingénieure. Tous deux prévoient donc un été compliqué, similaire à l’année dernière. “Il faudrait qu'on ait vraiment un mois de mai très, très, très pluvieux pour que ça puisse un tout petit peu rattraper la situation. Ce n’est pas ce qui est prévu”, constate Charline Morin.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.