Cet article date de plus de six ans.

Montpellier : dévasté par les eaux, le stade de la Mosson sera impraticable jusqu'en décembre

Le club de football (Ligue 1) cherche désormais chez ses voisins, un nouveau terrain pour jouer ses matchs. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La pelouse du stade la Mosson a complètement disparu, mardi 7 octobre, emportées par la brutale montée des eaux dans l'Hérault.  (SYLVAIN THOMAS / AFP)

Tracteur, mobilier de bureau, pelouse... Tout a été emporté par les eaux. Le stade de football de la Mosson, où évolue Montpellier (L1), a de nouveau été inondé dans la nuit de lundi à mardi 7 octobre. Le président délégué du club, Laurent Nicollin, espère pouvoir y rejouer en décembre.

"C'est pire que la semaine dernière, il y a eu plus de trois mètres d'eau, il n'y a plus de vestiaires, enfin il n'y a plus rien, il y a de la boue... Une partie de la pelouse est partie dans notre belle mer Méditerranée, c'est une grosse scène de désolation dans un petit coin de Montpellier", a commenté le président délégué du MHSC, Laurent Nicollin, devant la presse.

Sur le site internet du club, on peut voir les cinq premiers rangs de gradins couverts de boue, alors que les travaux de remise en état après l'inondation de la semaine dernière n'étaient pas encore terminés.


Mardi, un délégué de la Ligue de football professionnel (LFP) s'est rendu sur les lieux pour constater l'impraticabilité et a transmis un dossier à la commission des compétitions de la LFP. C'est maintenant au club de Montpellier de chercher un stade de repli, conforme aux exigences requises en L1. Le club héraultais devra ensuite soumettre son choix à la commission des compétitions, qui le validera ou non.

"On est un peu dans la merde, on s'accroche, on essaie de réfléchir où on peut jouer, on va se rapprocher de Béziers (stade de rugby), de Nîmes (foot), Istres (foot), de nos amis du rugby à Montpellier", a encore confié le fils de Louis Nicollin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.