Cet article date de plus de trois ans.

Inondations à Gournay-sur-Marne : "L'eau monte à une vitesse folle, c'est très impressionnant", témoigne le maire

Eric Schlegel redoute un scénario catastrophe, a-t-il confié vendredi à franceinfo,  alors que la commune fait face à une impressionnante montée des eaux.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La commune de Gournay-sur-Marne fait face aux inondations, après une nouvelle montée des eaux vendredi 2 février. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

La crue de la Seine et de ses affluents a provoqué de nouveaux débordements importants dans la nuit de jeudi à vendredi 2 février. Le mur anti-crue à Gournay-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) n'a pas suffi à protéger les zones habitées. La rivière a débordé avec une crue qui a atteint 5,55 mètres dans la nuit. "On a commencé à prendre l'eau vers 2h30 et ça s'est aggravé considérablement vers 6 heures du matin. Ça va à une vitesse folle. C'est très très impressionnant", a indiqué Eric Schlegel, le maire de Gournay-sur-Marne, vendredi matin sur franceinfo. "On ne savait pas trop à quoi s'attendre et on le vit en réel. C'est très surprenant", a-t-il ajouté.

Jusqu'à 3 000 personnes peuvent être touchées

L'élu précise que "80% de la ville est inondable" et dit redouter un scénario catastrophe avec une montée des eaux qui continue et pourrait atteindre "six mètres ce soir ou demain", selon les dernières prévisions. À ce niveau, "c'est une grosse partie de la ville qui sera sous l'eau", a prévenu le maire. Il estime à "2 000 à 3 000 personnes",  le nombre de ses administrés qui pourraient être touchés par ces inondations. "Les demandes d'évacuations se multiplient et toutes nos équipes sont sur place avec les embarcations pour aller chercher les gens chez eux", a ajouté le maire de Gournay-sur-Marne. "La quasi-totalité des personnes qui sont susceptibles d'être touchées parce qu'elles sont seules ou parce qu'elles vivent au rez-de-chaussée, ont été approchées et informées individuellement", a-t-il précisé.

Pas d'amélioration avant 48 heures

Eric Schlegel s'attend maintenant à "être dans la difficulté un certain temps", puisqu'il n'y a pas d'amélioration prévue avant 48 heures. Et "une fois que ça a franchi le mur, il faut que ça reparte. Ça ne s'écoule pas facilement", prévient l'éluSeul point positif pour le maire, "on a été prévenus et bien prévenus". "C'est une inondation qui est prévue depuis plus d'une semaine. Ça nous a permis de mettre tout en œuvre pour éviter le pire", a-t-il estimé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.