Inondations : douze départements maintenus en alerte

Le pic de crue de la Seine à Paris est attendu dimanche soir aux alentours de 6 mètres.

Les inondations à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), le 26 janvier 2018.
Les inondations à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), le 26 janvier 2018. (MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

Météo France a levé sa vigilance orange inondations dans le Jura, samedi 27 janvier, tout en maintenant douze autres départements en alerte, notamment en région parisienne. Le niveau de la Seine devrait avoisiner les 6 mètres dans la nuit du dimanche 28 au lundi 29 janvier, selon la préfecture de police de Paris. Le pic de crue devrait toutefois être moins élevé que celui de 2016. Une situation à suivre en direct sur franceinfo. 

Douze départements en vigilance orange. Il s'agit de l'Aube, de l'Eure, du Loiret, de la Marne, de la Saône-et-Loire, de Paris, de la Seine-et-Marne, des Yvelines, des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne et du Val-d'Oise. La vigilance a été levée en Ardèche, dans la Loire, la Haute-Loire, la Meuse, l'Yonne et le Jura.

Un pic moins élevé qu'attendu. Les prévisionnistes tablaient jusqu'à présent sur un pic entre 5,80 m et 6,20 m à Paris, soit probablement au-dessus de la crue de 2016 (6,10 m). "Plus on se rapproche de l'événement, plus on arrive à réduire cette incertitude et on serait plutôt maintenant entre 5,80 m et 6 m", a indiqué vendredi François Duquesne, directeur de Vigicrues. Très loin de la crue historique de 1910 (8,62 m).

Une lente décrue. Si la Seine monte lentement, la décrue s'annonce elle aussi très lente. Le fleuve devrait stagner à 5,5 mètres toute la semaine prochaine, soit au même niveau que celui atteint vendredi. La circulation restera très perturbée, les stations du RER C fermées le resteront jusqu'au mercredi 31 janvier.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CRUES

08h07 : Avant de filer au lit, voici ce qu'il faut retenir de l'actualité :

#EUROVISION C'est le duo français Madame Monsieur, avec Mercy, qui représentera la France à l'Eurovision au Portugal en mai prochain. Si vous avez raté l'émission, vous pouvez (re)voir sa prestation ici.


L'alpiniste française a été retrouvée par l'équipe de cordée de secours dans l'Himalaya. En revanche, on est toujours sans nouvelles de son compagnon de cordée, le Polonais Tomek Mackiewicz.

Il y aura quatre candidats au poste de premier secrétaire du Parti socialiste. Il s'agit d'Olivier Faure, de Luc Carvounas, d'Emmanuel Maurel et de Stéphane Le Foll. La motion de Delphine Batho a, elle, été rejetée.


Douze départements (notamment en région parisienne) sont maintenus en vigilance orange crue-inondations. Suivez notre direct.

21h12 : Plus de 1 000 personnes ont été évacuées de leur domicile en Seine-et-Marne. Dans l'Essonne, plusieurs habitants se retrouvent dans la même situation qu'en 2016. Ils ne cachent pas leur ras-le-bol à la caméra de France 2.



(FRANCE 2)

18h59 : Beaucoup d'internautes ont encore aujourd'hui partagé des photos de la Seine. En voici quelques-unes.

18h57 : Attendu la nuit prochaine, le pic de crue de la Seine devrait être moins élevé qu’attendu. "La montée est un petit peu plus lente que prévu, donc le maximum attendu est décalé dans la soirée de dimanche à lundi", a déclaré à l'AFP une porte-parole de l'organisme de surveillance Vigicrues.

18h25 : Vous faites peut-être partie des Français qui se plaignent de connaître un hiver "pourri". Normal, une grande partie de l'Hexagone connaît en effet un déficit d'ensoleillement de l'ordre de 30 à 50% par rapport à la normale saisonnière. Marie-Violette Bernard a interrogé Olivier Proust, prévisionniste à Météo France. Son interview est à lire ici.



(LUDOVIC MARIN / AFP)

15h24 : L'Essonne vue du ciel ressemble à une immense étendue d'eau qui a piégé de nombreuses habitations. France 2 est allé à la rencontre de Michel Crosnier, qui vit sa deuxième crue en moins de deux ans.

13h32 : Au moment où les inondations font rage en région parisienne, la Bièvre s'écoule vivement au pied des habitations. Une situation qui contraste avec l'ensemble des crues connues ces derniers jours dans la région. Les explications de France 3 :

13h14 : Si les rats ne seront pas plus nombreux avec la crue, ils seront néanmoins nettement plus visibles à Paris. Quand leurs terriers sont inondés, ils remontent en effet à la surface et se réfugient dans la ville. Le syndicat des spécialistes des parasites appelle sur franceinfo à inscrire dans la loi plusieurs mesures de prévention contre ces mammifères.




(MAXPPP)

12h55 : 240 communes sont touchées par la crue, 1 000 personnes ont été évacuées dont 358 dans le Val-de-Marne, 214 dans l'Essonne, 154 en Seine-et-Marne et 105 dans les Yvelines. Autre chiffre : 1 200 foyers sont privés d'électricité et 709 clients de GRDF ont été coupés.

12h40 : Dans un communiqué, le préfet de police annonce que le maximum de la crue attendu à Paris devrait se situer à 5,95 mètres et devrait intervenir dans la nuit de dimanche à lundi.

09h48 : Bonjour , les nappes phréatiques montent effectivement plus rapidement qu'en 2016. La ville de Paris recommande aux habitants "d'aller voir leurs caves et leurs parkings pour voir s'il n'y a pas d'infiltration", a annoncé sur franceinfo Colombe Brossel, adjointe en charge de la sécurité à Paris. Une carte des sous-sols potentiellement inondés est disponible sur le site de la mairie.



(Mairie de Paris)

09h48 : Il y a des crues partout depuis plusieurs jours maintenant mais est-ce que les nappes phréatiques se sont remplies ?