COP21 : après la Chine, les Etats-Unis ratifient l'accord de Paris sur le climat

Ce traité historique vise à contenir le réchauffement climatique sous le seuil critique de 2 voire 1,5°C.

Le président américain Barack Obama à son arrivée à l\'aéroport de Hangzhou (Chine), à la veille du sommet du G20, le 3 septembre 2016.
Le président américain Barack Obama à son arrivée à l'aéroport de Hangzhou (Chine), à la veille du sommet du G20, le 3 septembre 2016. (DAMIR SAGOLJ / REUTERS)

Les Etats-Unis se sont joints à la Chine pour ratifier l'accord de Paris sur le climat, conclu le 12 décembre à Paris à l'issue de la COP21. Les deux plus grandes économies mondiales l'ont annoncé samedi 3 septembre, dans un communiqué commun, à la veille de l'ouverture du sommet du G20 en Chine. 

Ces deux puissances représentent à elles seules 38% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. La Chine, qui tire encore plus de 70% de son électricité du charbon, produit environ 24% des émissions mondiales de CO2.

"Un tournant pour notre planète"

"Au bout du compte, (l'accord) marquera un tournant pour notre planète", a déclaré Barack Obama, juste après.

Le président américain et son homologue chinois Xi Jinping ont remis ensemble au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon les instruments de ratification de ce traité visant à contenir le réchauffement climatique. De son côté, Ban Ki-Moon s'est dit  "optimiste" pour l'entrée en vigueur de l'accord de Paris d'ici à fin 2016.

Une étape majeure pour mettre l'accord en œuvre

L'accord de Paris, adopté en décembre, a été formellement signé par 175 pays en avril à New York, mais chaque pays doit ensuite, selon ses propres modalités (vote au Parlement, décret, etc.), ratifier le texte. Ce traité historique vise à contenir le réchauffement climatique sous le seuil critique de 2 voire 1,5°C.

Au moins 55 pays représentant 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement planétaire, doivent ratifier l'accord pour qu'il entre en vigueur comme prévu à compter de 2020. A ce stade, seuls 23 pays sont allés au bout du processus : surtout des petits Etats insulaires, parmi les plus exposés, mais ne représentant qu'une part infime des émissions.