Climat : le G7 fait un grand pas vers la transparence financière des entreprises

Les sept pays les plus riches se sont dits "favorables" à la publication obligatoire du risque financier climatique des grandes entreprises commerciales, une démarche saluée par le WWF France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un bateau passe devant la raffinerie Total de Donges (Loire-Atlantique), le 22 juin 2017. (LOIC VENANCE / AFP)

Une avancée pour la planète ? Les pays du G7 se sont déclarés, samedi 5 juin, "favorables à la publication obligatoire des données financières liées au climat" par les entreprises. Selon eux, le fait de dévoiler le risque financier climatique des sociétés est crucial pour la transition énergétique, même si un accord reste à trouver au niveau mondial.

Les déclarations obligatoires visées, qui comprennent par exemple les émissions de CO2 ou les projets d'investissements, doivent concerner toutes les grandes entreprises commerciales. L'objectif est de leur permettre de mieux évaluer l'impact financier de la crise climatique et d'accompagner la transition verte des pays qui veulent être neutres en carbone en 2050.

La nécessité d'une finance "pro-nature"

Cette publication serait essentielle pour les investisseurs qui sont amenés à financer des grands groupes et qui sont de plus en plus préoccupés par l'impact du climat sur les entreprises, que ce soit leur performance ou leur réputation.

Pour l'association WWF France, c'est "un signal important qui devrait permettre de doter cette initiative mondiale d'un mandat lors de la réunion des chefs d'Etat du G20 en octobre prochain", évoquant la nécessité d'une "finance pro-nature".

Selon l'association Positive Money, les gouvernements du G7 doivent surtout travailler avec les banques centrales et les régulateurs "pour vraiment désengager la finance des énergies fossiles".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.