Contraventions : les arnaques au permis de conduire

Imaginez un malfaiteur qui vend sur internet des documents perdus ou volés. La victime se retrouve à payer les contraventions d'un autre. Témoignage d'un homme victime d'usurpation d'identité qui se voit réclamer 50 000 euros de PV.

france 2

Il n'a son permis que depuis quelques années. Il ne possède pas de voiture à son nom et dit n'avoir jamais commis d'infraction routière. Pourtant en juin dernier, en rentrant chez lui après un séjour à l'étranger, cet automobiliste retrouve près de 200 amendes dans sa boîte aux lettres. "Voilà la somme totale que je dois. Plus de 50 000 euros". Un somme qu'il ne s'explique pas et qui le choque. "Comment je peux recevoir des amendes d'un véhicule que je n'ai pas ?". Dans la foulée, il se voit même retirer son permis et saisir une partie de son salaire. Aboubakar Diabaté a égaré à deux reprises son permis de conduire. C'est sans doute à cette occasion qu'un escroc en a profité pour usurper son identité.

Un processus trop simple

Le voleur offre ses services à des délinquants routiers qui le payent pour se débarrasser des leurs contraventions. Sur internet, l'escroc attribue ses amendes à un permis volé et donc à une victime innocente. Pour cela, il lui suffit de se connecter sur le site de traitement automatisé des infractions. Une manipulation trop simple selon l'avocat de la victime. "Il serait nécessaire que le centre de contrôle automatisé émette des critères supplémentaires lors des désignations du permis", explique-t-il. Chaque année, plus de 200 000 personnes sont victimes d'une usurpation d'identité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un vaste trafic de permis de conduire a été démantelé à la préfecture de Nanterre (Hauts-de-Seine), selon les informations du \"Parisien\", le 13 mai 2016.
Un vaste trafic de permis de conduire a été démantelé à la préfecture de Nanterre (Hauts-de-Seine), selon les informations du "Parisien", le 13 mai 2016. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)