Cet article date de plus de deux ans.

Pour la fondation Jean-Jaurès, les théories du complot prennent "de plus en plus d'espace dans la société"

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Pour la deuxième année consécutive, la fondation Jean-Jaurès et l'observatoire Conspiracy Watch proposent, mercredi, une grande enquête menée par l'institut Ifop, pour en savoir plus sur les adhésions aux théories du complot.

Mort de Lady Di, attentats du 11-Septembre, vaccins... Les affirmations complotistes sont nombreuses à circuler et certaines d'entre elles trouvent un large écho en France, comme le révèlent les résultats d'une enquête de la fondation Jean-Jaurès sur les théories du complot les plus partagées. Elles prennent même "de plus en plus d'espace dans la société, dans les débats, dans les discussions, on l'a vu notamment avec le mouvement des 'gilets jaunes'", explique Rudy Reichstadt, mercredi 6 février sur franceinfo. Toutefois, le directeur de Conspiracy Watch et membre de l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès précise ne pas avoir "beaucoup de profondeur dans le temps pour pouvoir analyser ces choses-là".

C'est quelque chose qui doit nous interpeller.

Rudy Reichstadt

à franceinfo

Rudy Reichstadt relève que "sur l'attentat de Strasbourg, on est à 10% de personnes qui adhèrent à la thèse de la manipulation gouvernementale". A contrario, "après les attentats de janvier 2015 en France, il y avait eu un sondage Ifop à peu près sur le même type, on était sur des chiffres beaucoup moins importants sur les thèses de la manipulation, c'était 2%", poursuit-il.

Il y a donc une amplification de la circulation des théories du complot, en déduit Rudy Reichstadt. S'il n'est pas encore possible d'"être parfaitement péremptoire sur le sujet", "on a, en tout cas qualitativement, le sentiment que parce qu'elles sont plus visibles, elles influencent aussi davantage les représentations", estime-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réseaux Sociaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.