Microsoft et les GAFA taxés a minima par la France

À défaut d'un accord européen, la France a décidé de taxer les géants du numérique sans attendre. La taxe devrait rapporter 500 millions d'euros selon Bercy.

France 3

Google, Facebook, Apple ou Amazon se disent nos meilleurs amis sur le web. Ils sont présents sur le marché français, mais tous oublient de payer leurs impôts. Face à la crise, le gouvernement rappelle à l'ordre les GAFA. Pour le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, "taxer les géants du numérique est une question de justice et d'efficacité". La taxe concernerait les activités de vente en ligne, de revente de données personnelles ou encore de publicité. Toutes les entreprises qui réalisent dans ces domaines un chiffre d'affaires de plus de 750 millions d'euros seraient prélevées de 3% de ce montant.

Un premier pas insuffisant

Avec cette taxe, l'État français espère gagner 500 millions d'euros. Un premier pas vers une meilleure concurrence dans ce secteur. Mais c'est insuffisant selon le directeur général de la fédération du commerce et de la distribution. Pour Jacques Creyssel, "ces géants sont chinois ou américains et sont très souvent implantés dans des pays européens où il n'y a quasiment pas de fiscalité et ont les moyens d'échapper à l'impôt. Si on n'a pas des règles européennes, ça ne suffira pas". Emmanuel Macron a déjà tenté de convaincre les pays européens. L'Allemagne hésite, et l'Irlande ou les Pays-Bas sont contre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Parlement européen se penche, mercredi 12 septembre, sur la réforme des droits d\'auteur.
Le Parlement européen se penche, mercredi 12 septembre, sur la réforme des droits d'auteur. (DAMIEN MEYER / AFP)