"Fake news" : 30% des Français reconnaissent avoir déjà relayé des infox

Selon un sondage Odoxa Dentsu-Consulting pour franceinfo et Le Figaro, un tiers des Français reconnaît avoir relayé des fausses informations par erreur. On apprend aussi qu'ils font plus confiance aux médias traditionnels plutôt qu'aux réseaux sociaux pour s'informer. 

Un homme avec son téléphone, illustration \"fake news\". 
Un homme avec son téléphone, illustration "fake news".  (JEAN-FRANCOIS FREY / MAXPPP)

Selon un sondage Odoxa Dentsu-Consulting pour franceinfo et Le Figaro, 30% des Français reconnaissent avoir déjà relayé des "fake news". Quant à ceux qui s'informent principalement via les réseaux sociaux, ils sont presque un sur deux (45%) à l'avoir fait.  

Plus précisément, 30% de Français ont déjà relayé une information à leurs proches ou via les réseaux sociaux en se rendant compte par la suite qu'elle était fausse. Un résultat stable dans le temps puisqu'ils étaient 31% l'an dernier.

Un phénomène certainement sous-estimé 

Concernant le profil de ces relayeurs involontaires de fausses informations, le sondage montre que les plus nombreux sont les 18-24 ans (38%). Mais ce sont surtout ceux qui s'informent principalement via les réseaux sociaux plutôt que les médias traditionnels qui relayent ces informations : ils sont 45%.  

A noter que cette statistique de 30% ne tient compte que des réponses fournies par des gens "lucides" qui se sont rendu compte de la nature de l'information après coup. Ils sont également "honnêtes" selon les termes du sondage puisqu'ils n'ont pas fait exprès de relayer ces infox et sont capables de reconnaître leur erreur. La proportion réelle de relayeurs de fausses informations est donc probablement encore supérieure à ce chiffre de 30%.  

Les Français favorables à une loi 

Autre chiffre intéressant de ce sondage, pour 9 Français sur 10 (88%), les "fake news" constituent un problème important. Parmi eux, 50% le considère comme "très important". Il y a un an, seuls 71% des sondés estimaient que les fausses nouvelles était un problème important, 21% le jugeait alors très important.  

81% des Français pensent ainsi que la loi "anti-fake news" adoptée fin 2018 est une "bonne chose". Cette loi contre les "fake news" pendant les campagnes électorales s'appliquera lors de la campagne des élections européennes de mai prochain.    

Les médias traditionnels toujours source de confiance

Toujours selon ce sondage, deux tiers des Français pensent que la presse et les radios ne véhiculent pas de fake news. À l'inverse, 9 sondés sur 10 (86%) pensent que les particuliers sur les réseaux sociaux et les blogs en véhiculent souvent.

64% des Français pensent que la presse et surtout la radio (69%) ne véhiculent pas (ou rarement) de "fake news". En revanche, les chaînes de télévision d'informations en continu, souvent pointées du doigt sur ce thème, sont nettement moins bien considérées (-10 points), mais elles bénéficient elles aussi d'un crédit majoritaire dans l'opinion puisque 54% des Français estiment en effet qu'elles ne véhiculent que rarement des infox.

Ces chiffres illustrent un paradoxe, car bien que mal-aimés et souvent critiqués par les Français l'ensemble des médias traditionnels (presse, radio, tv) bénéficient d'une réelle crédibilité dans ce domaine.  

Les "fake news" très présentes sur les réseaux sociaux 

Concernant les particuliers sur les réseaux sociaux et les blogs, 9 Français sur 10 (86%) pensent à l'inverse qu'ils véhiculent souvent des fausses informations. Et ils ne sont pas les seuls à être pointés du doigt : les pays étrangers (comme la Russie) sont également suspectés par 74% des sondés, tout comme les mouvements sociaux de type "gilets jaunes". Sur ce point, selon les personnes interrogées, ce mouvement (soutenu par l'opinion, en particulier à ses débuts) serait un habitué des "fake news" puisque 64% des Français estiment qu'il véhiculerait souvent des fausses informations. 

Toujours selon le sondage, 70% des Français affirment que les médias traditionnels (hors sites web) constituent leur principale source d'information contre seulement 12% qui citent les réseaux sociaux et 5% des sites et blogs non-médias. Ces chiffres sont en progression : en janvier 2018, 61% des Français déclaraient s'informer via les canaux traditionnels contre 22% pour les réseaux sociaux et les blogs hors médias.  

Concernant les partis politiques, une majorité de Français (54%) pensent que le gouvernement ne véhicule pas de "fake news", ils sont 74% à penser que les partis d'opposition en revanche le font. 

L'enquête a été réalisée auprès d'un échantillon de 1 005 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Ces derniers ont été interrogés par internet les 30 et 31 janvier.