Cet article date de plus de dix ans.

Le marché de la musique en hausse, une 1ère depuis 2003

Le SNEP annonce ce mercredi que les ventes de musiques (vente de CD et sur Internet) sont en progression de 6,1% au premier semestre 2013. C'est le premier signe positif après dix années noires pour la profession. Il s'explique par la sortie de grands succès populaires, tels que Les Enfoirés et le nouveau Daft Punk.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Luke MacGregor Reuters)

Une éclaircie pour l'industrie
musicale. Le SNEP (syndicat national de l'édition phonographique) a publié les
chiffres du marché de 2013 ce mercredi. On observe une hausse de 6,1% des ventes sur les
six premiers mois de l'année, avec un chiffre d'affaires de 217,8 millions d'euros.

Les ventes physiques ont
progressé de 6,4% et les ventes numériques de 5,5%. Les ventes numériques
représentant : le téléchargement Internet (+2%), la téléphonie mobile
(+5,5%), le streaming financé par la publicité (+7%) et les revenus du streaming par abonnements (+12,6%). Le marché numérique représente 30% des ventes de
musique (le double de 2010). Les revenus issus du streaming sont "bien inférieurs à ce qu'ils pourraient êtr e" note le SNEP. Il représente en effet 40% des revenus numériques et 12% du marché total.

Daft Punk la locomotive

Le SNEP explique cette hausse
par une offre particulièrement dense depuis le début de l'année. Le premier
trimestre a également été marqué par la sortie de grands succès : Daft
Punk
, Les Enfoirés, Bruno Mars ou encore les reprises des chansons de
Jean-Jacques Goldman dans Génération Goldman.

De grands succès populaires publiés au deuxième trimestre ont créé de l'appétence", notamment le quatrième album de Daft Punk, Random Access Memories "qui a servi de locomotive ", a souligné Guillaume Leblanc, le directeur général du Snep. "Les gens qui sont allés acheter l'album de Daft Punk en magasin sont certainement repartis avec d'autres disques ", a-t-il noté.

Create infographics

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.