Cet article date de plus de dix ans.

Le footballeur Bafétimbi Gomis présenté au parquet vendredi

LYON - La garde à vue de l'attaquant lyonnais, soupçonné de viol en réunion, a été prolongée jeudi en vue d'une présentation devant le parquet le lendemain. Ce dernier décidera de l'ouverture ou non d'une information judiciaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le footballeur de l'Olympique lyonnais Bafétimbi Gomis a été placé en garde à vue le 13 juin 2012. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

La garde à vue du joueur de l'OL Bafétimbi Gomis et de Yohan Benalouane, l'un de ses anciens coéquipiers à Saint-Etienne, a été prolongée jeudi 14 juin dans la soirée, en vue d'une présentation devant le parquet vendredi. Les deux footballeurs ont été placés en garde à vue mercredi dans l'enquête sur un viol en réunion commis à Lyon (Rhône) dans la nuit de mardi à mercredi.

"Le parquet décidera s'il y a lieu d'ouvrir une information judiciaire", a confié une source proche de l'enquête à l'AFP. Selon cette source, la plaignante et les deux joueurs, confrontés dans la journée, sont restés sur leurs positions : la femme assure que la relation sexuelle était non consentie, ce que nient les deux hommes.

Une plainte déposée mercredi après-midi

Mercredi après-midi, Bafétimbi Gomis avait formellement démenti sur sa page Facebook les accusations de viol portées contre lui après les révélations de médias lyonnais. Son club, l'Olympique lyonnais, avait fait de même dans un communiqué.

Selon le site internet du magazine Lyon Capitale, "les faits se seraient déroulés dans la nuit de mardi à mercredi entre 1 heure et 2h30 du matin", dans l'appartement de Gomis, qui y aurait "invité une femme de 38 ans", en compagnie d'un autre homme. Cette femme accuse les deux hommes "de l'avoir violée et s'en serait ouverte à une amie venue la chercher en pleine nuit", ajoute Lyon Capitale. Elle a porté plainte mercredi après-midi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.