Cet article date de plus de neuf ans.

Une nonagénaire lègue 800 000 euros à un village breton

Avant de mourir, en novembre 2013, à l'âge de 90 ans, Simone Ferry-Guiho avait désigné le village de Saint-Congard comme légataire universel.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le père de Simone Ferry-Guiho était né en 1890 à Saint-Congard (Morbihan), et la nonagénaire, qui habitait dans les Vosges, se rendait souvent dans ce village breton pour y visiter de la famille. ( GOOGLE MAPS)

Cela représente à la louche environ 1 000 euros par habitant. Le village de Saint-Congard (Morbihan) a hérité de 800 000 euros. La coquette somme lui a été léguée par une vieille dame qui s'y rendait régulièrement en vacances pour voir ses cousins. Avant de mourir, en novembre 2013, à l'âge de 90 ans, Simone Ferry-Guiho, dont le père, Mathurin, était né à Saint-Congard en 1890, avait désigné le village comme légataire universel. Cette somme correspond à la valeur de son épargne bancaire, d'une maison dans les Vosges et de terrains agricoles, a précisé le maire de la chanceuse commune, Daniel Brulé

Né en 1923, Simone Ferry-Guiho, veuve, fille unique et sans enfants, a toujours vécu dans les Vosges. Mais, si "elle n'a jamais vécu à Saint-Congard (...), elle y venait en vacances avec ses parents dans les années 40, 50, 60 puis seule, pour voir ses nombreux cousins, cousines", a expliqué l'élu. "Elle aimait Saint-Congard, elle nous le disait à chaque instant", a-t-il poursuivi.

"Une bouffée d'oxygène" pour la commune

A l'heure où "les communes rurales comme les nôtres ont de plus en plus de difficultés avec les dotations de l'Etat qui ont tendance à diminuer", cet héritage constitue "vraiment une bouffée d'oxygène", s'est encore réjoui l'édile. Le nouveau conseil municipal devrait décider dans les semaines à venir de l'utilisation de cette manne, supérieure au budget de la commune, fixé à 600 000 euros. "Il y aura un souvenir pour elle et sa famille", a d'ores et déjà promis le maire.

Des particuliers ont régulièrement fait le bonheur de petites communes, en leur léguant leurs biens à leur mort. En 2008, un riche propriétaire terrien avait ainsi donné sa fortune de 37 millions d'euros à son village sarthois de Rouez-en-Champagne, et en janvier dernier, un ex-coiffeur boursicoteur avait légué 2,5 millions d'euros à son village de l'Orne. En février 2011, Jort (Calvados) avait vu son budget quadruplé après un legs de 800 000 euros d'un natif de la commune.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.