Cet article date de plus de treize ans.

Salariés et proches se sont réunis lundi sur le lieu de travail du défunt et ont observé une minute de silence

"Nous avons voulu évoquer le souvenir des moments passés en sa compagnie, ses qualités humaines, son sens du collectif, tout ça restera gravé dans nos coeurs", a expliqué le directeur de l'entreprise où Mohamed travaillait depuis 2005.Une 7e personne a par ailleurs été placée en garde à vue lundi, soupçonnée d'avoir participé à la rixe mortelle.
Article rédigé par France2.fr avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min
Vue des Mureaux, commune près de laquelle a eu lieu le drame (AFP - OLIVIER LABAN-MATTEI)

"Nous avons voulu évoquer le souvenir des moments passés en sa compagnie, ses qualités humaines, son sens du collectif, tout ça restera gravé dans nos coeurs", a expliqué le directeur de l'entreprise où Mohamed travaillait depuis 2005.

Une 7e personne a par ailleurs été placée en garde à vue lundi, soupçonnée d'avoir participé à la rixe mortelle.

Pour cet hommage à la victime, amis et membres de la famille, dont sa mère, sa femme et ses frères, avaient fait le déplacement dans les locaux de l'entreprise Roto France Impression S.A, où les machines avaient toutes été arrêtées pour l'occasion.

"Aujourd'hui je pense à mon cousin qui a été sauvagement battu à mort devant sa famille sur la route des vacances et tout ça pour un banal constat", a regretté devant la presse Kader, cousin germain de la victime, précisant qu'"il n'y a aucune notion de vengeance" mais le souhait que "justice soit faite".

Une plaque sur laquelle est inscrit "en souvenir de notre collègue Mohammed", a été dévoilée au moment de la minute de silence et avant que la sonnerie des machines ne retentisse en souvenir du jeune homme.

L'enquête

Un jeune homme d'une vingtaine d'années, septième personne soupçonnée d'avoir participé à la rixe sur l'autoroute A13 ayant entraîné la mort de Mohamed L., a été placé en garde à vue lundi matin, a-t-on appris de source policière. Il s'est présenté dans la matinée au commissariat des Mureaux sur "l'insistance" des enquêteurs de la Sûreté départementale, chargée de l'enquête, a précisé la même source.

Lors d'une conférence de presse vendredi, le procureur de la République de Versailles Michel Desplan avait indiqué que quatre personnes soupçonnées d'avoir participé à la rixe étaient recherchés et que deux d'entre elles se trouvaient à l'étranger. "Il s'agit de témoins-clef qui ont participé à l'échange de coups. Leur meilleure conduite est de se faire identifier", avait expliqué le procureur.

Dans cette affaire, six personnes, d'une vingtaine d'années, ont déjà été arrêtées avant d'être écrouées, dont la conductrice de la voiture rentrée en collision avec celle de la victime.

Quatre d'entre elles, soupçonnées d'avoir porté des coups mortels sur la victime au cours de la rixe qui a suivi l'accident, ont été mises en examen pour meurtre. Les deux autres, dont la jeune conductrice, ont été mises en examen pour "complicité de meurtre".

Les faits

Dans la nuit du 26 au 27 juin, vers 01h00, sur l'A13 au niveau de la commune de Chapet, près des Mureaux, la voiture d'un homme qui partait en vacances en famille était entrée en collision avec une Renault Clio. Les véhicules avaient été légèrement éraflés et la jeune conductrice à l'origine de l'accrochage avait refusé de signer le constat amiable.

Le ton est monté et le passager de la Clio a, selon son avocat, appelé "un ami" en renfort. "Il se sentait un peu en difficulté" alors que la famille de la victime se montrait "véhémente" et aurait dit : "Vous allez voir quand la police va arriver", a ajouté Me Combe.

Une dizaine de jeunes gens sont alors arrivés en voiture et une bagarre a éclaté au bord de l'autoroute. Un homme âgé de 30 ans a été roué de coups, notamment au visage. Quatre autres membres de la famille de la victime ont été blessés.

A l'arrivée de la police et des secours, la conductrice et ses amis ont pris la fuite. L'homme tabassé, souffrant de graves lésions cérébrales, a succombé à ses blessures le dimanche soir. Selon les résultats de l'autopsie, il est décédé à la suite de "nombreux coups de pied et de poing" reçus "uniquement sur le visage et le crâne".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.