Cet article date de plus de huit ans.

Saint-Ouen. Un chômeur en fin de droits tente de s'immoler par le feu

Victime de brûlures aux premier et deuxième degrés, il a été hospitalisé à l'hôpital Saint-Louis à Paris. Ses jours ne sont pas en danger.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La rue Emile-Zola à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), où un chômeur a tenté de s'immoler par le feu le 15 février 2013. (GOOGLE MAPS / FRANCETV INFO)

Un homme se présentant comme un chômeur en fin de droits a tenté de s'immoler par le feu en pleine rue à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), vendredi 15 février. "Des passants sont intervenus et ont prévenu aussitôt les secours", précise Le ParisienVictime de brûlures aux premier et deuxième degrés, il a été hospitalisé à l'hôpital Saint-Louis à Paris. Ses jours ne sont pas en danger. Cette tentative d'immolation par le feu intervient deux jours après la mort d'un demandeur d'emploi à Nantes (Loire-Atlantique), qui a mis fin à ses jours en faisant le même geste.

Selon la préfecture, cet homme de 49 ans "s'est aspergé de liquide inflammable vendredi vers 10h30, à son domicile, avant de mettre le feu à ses vêtements au pied de son immeuble", situé à proximité d'une école primaire. "Selon les premiers éléments, il s’agit d’un habitant de la ville qui vivrait en état de précarité", indique Le Parisien.

Une autre tentative d'immolation à Beaune

Des passants ont appelé les secours, qui sont rapidement intervenus pour éteindre le feu et le prendre en charge. "Il a expliqué son geste par sa situation" de chômeur en fin de droits, "mais cela doit être précisé", a indiqué la préfecture, qui fait également état de "problèmes de nature privée et familiaux".

Le même jour, à Beaune (Côte d'Or), un homme d'une trentaine d'années a menacé de s'immoler par le feu devant un supermarché à Beaune avant d'être maîtrisé par les secours. Les motivations de son geste ne sont pas connues dans l'immédiat.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.