Var : le préfet met en garde les baigneurs contre les risques de piqûres venimeuses de raies violettes

La "piqûre n'est pas mortelle chez l'adulte en bonne santé, mais elle nécessite une hospitalisation d’urgence (SAMU) notamment pour retirer le dard", avertit la préfecture du Var.

Depuis le début du mois, une trentaine de raies pastenagues violettes, de 80 à 90 cm d’envergure, ont été recensées sur le littoral en région PACA.
Depuis le début du mois, une trentaine de raies pastenagues violettes, de 80 à 90 cm d’envergure, ont été recensées sur le littoral en région PACA. (© BARRAULT D./HorizonFeatures/Leemage)

Le préfet du Var appelle les baigneurs à ne pas toucher les raies pastenagues violettes visibles depuis le début du mois sur le littoral en région Provence-Alpes-Côte-D’azur, a appris franceinfo dans un communiqué publié mercredi 8 août. Le préfet demande à la population de signaler la présence de ces raies auprès des services municipaux. Cette espèce "dotée de un à trois dards venimeux défensifs sur la queue peut charger et piquer si elle se sent en danger et diffuser alors un venin", explique la préfecture du Var.

Le venin "peut provoquer des troubles neurologiques graves chez des sujets fragiles : enfants, femmes enceintes, personnes âgées ou présentant des problèmes de santé (cardiaques)", cependant cette "piqûre n'est pas mortelle chez l'adulte en bonne santé, mais elle nécessite une hospitalisation d’urgence (SAMU) notamment pour retirer le dard". À noter que "cette espèce est normalement non agressive pour l’homme" et qu'à "ce jour, aucune piqûre n’a été recensée dans le Var", précise le préfet.

Une situation rare liée à une température élevée de l'eau

Depuis le début du mois, une trentaine de raies pastenagues violettes, de 80 à 90 cm d’envergure, ont été recensées sur le littoral en région PACA et notamment sur les rivages dans le Var.

"C’est une situation rare liée aux fortes chaleurs où l’eau de mer peut atteindre 28 degrés en bord de mer puisqu’elles évoluent normalement au large. En effet, le phénomène de mise bas des femelles qui viennent chercher une eau encore plus chaude au bord de côte est suractivé", rappelle le préfet du Var.