Hérault : des méthodes de lutte contre les pigeons créent la polémique

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Dans certaines régions, les pigeons prolifèrent, au point de rendre l'accueil des clients compliqué pour certains commerces. Alors des solutions radicales et polémiques sont prises. Reportage dans la station balnéaire de Valras-Plage dans l'Hérault. -
Hérault : des méthodes de lutte contre les pigeons créent la polémique Dans certaines régions, les pigeons prolifèrent, au point de rendre l'accueil des clients compliqué pour certains commerces. Alors des solutions radicales et polémiques sont prises. Reportage dans la station balnéaire de Valras-Plage dans l'Hérault. - (France 3)
Article rédigé par France 3 - C. Morand, L. Bensimon, E. Penot
France Télévisions
France 3
Dans certaines régions, les pigeons prolifèrent, au point de rendre l'accueil des clients compliqué pour certains commerces. Alors des solutions radicales et polémiques sont prises. Reportage dans la station balnéaire de Valras-Plage dans l'Hérault.

Des pigeons qui semblent de plus en plus nombreux, une odeur insupportable et des excréments incrustés sur les bâtiments, c’est un problème quotidien pour une restauratrice de Valras-Plage (Hérault). "Ils sont là, ils me font caca sur les clients, non ça ne va pas", déplore Monique Fabre, commerçante. Dans la ville, la commerçante n’est pas la seule à en faire les frais. La municipalité accumule depuis des mois des photos de dégradation.  

D’autres méthodes peuvent être utilisées 

Elle vient d’opter pour une solution qui fait polémique. Il s’agit d’attirer des pigeons dans des cages pour ensuite tuer une partie d’entre eux. Une mesure radicale qui choque une habitante, Catherine Poirier. Elle a ainsi placardé des affiches dans toute la ville pour dénoncer l’opération. Le maire se défend et répond que l’opération est effectuée dans le respect des animaux. La méthode est légale, même si des associations demandent son interdiction. D’autres villes utilisent d’autres méthodes comme des pigeonniers contraceptifs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.