Cet article date de plus de huit ans.

Nicolas Sarkozy va lancer sa fondation "dans les semaines qui viennent"

Selon un proche de l'ancien président, il lancera une "fondation sur le modèle de ce qui existe aux Etats-Unis, que dirigent Bill Clinton ou Jimmy Carter".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Sarkozy le 28 juin 2012 à Paris. (CONTRE JOUR / SIPA)

POLITIQUE - Nicolas Sarkozy dans les pas de Bill Clinton et Tony Blair... L'ancien chef de l'Etat s'appreterait à lancer sa fondation "dans les semaines qui viennent", selon l'essayiste Guy Sorman, proche de Nicolas Sarkozy. Une " grande fondation sur le modèle de ce qui existe aux Etats-Unis, que dirigent Bill Clinton ou Jimmy Carter", a annoncé l'essayiste vendredi 21 septembre sur Europe 1. Toutefois, l'entourage de l'ex-président de la République a démenti les propos de Guy Sorman. Depuis quelques semaines, l'avenir de Nicolas Sarkozy intrigue : conférencier international, avocat, consultant à l'étranger, retour en politique... Toutes les pistes sont évoquées.

Mais ce proche de l'ancien président a pourtant livré de nombreux détails au micro d'Europe 1 sur cette fondation. "Sa décision est prise. Il va lancer, dans les semaines qui viennent, une initiative d'un genre tout à fait nouveau en France qui, à mon avis, manquait à notre pays", a dit Guy Sorman. Il a précisé que Nicolas Sarkozy avait "consulté Carter, Clinton" à ce sujet.

"Faire progresser la démocratie et les droits de l'homme"

Nicolas Sarkozy "dirigera" la fondation, ajouté Guy Sorman. "Son rôle sera d'intervenir dans les grandes affaires internationales pour faire progresser la démocratie, pour faire progresser les droits de l'homme""Ce sont des questions qui lui tiennent à coeur. Pour intervenir dans des conflits insolubles, tels que la Syrie", a-t-il expliqué. L'essayiste a estimé que cette fondation nécessitait "un homme d'action à sa tête", avec "une capacité à lever des fonds".

La fondation devrait devenir officielle "lors d'une conférence à New York", en présence d'acteurs économiques mondiaux, selon Europe 1. Pour Guy Sorman, il ne s'agit pas du retour de Nicolas Sarkozy mais de "Sarkozy reloaded" (Sarkozy rechargé). "C'est le nouveau Sarkozy, pour un nouveau métier".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.