Cet article date de plus de neuf ans.

Législative partielle dans l'Oise : l'UMP l'emporte de justesse face au FN

Le député sortant UMP Jean-François Mancel arrive en tête avec 51,4% des suffrages, devant Florence Italiani (FN).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-François Mancel et sa suppléante, Nadège Lefebvre (à droite), fêtent leur victoire lors de l'élection législative partielle à Beauvais (Oise). (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

La majorité absolue est atteinte, mais de justesse. Le député sortant UMP Jean-François Mancel a remporté dimanche 24 mars une courte victoire sur son adversaire du Front national dans la 2e circonscription de l'Oise, lors d'une élection législative partielle dont la candidate PS avait été sortie au premier tour. Il est arrivé en tête avec 51,4% des suffrages, devant Florence Italiani (48,6%). Au final, quelque 800 voix les séparent. Le taux d'abstention serait proche de 70%.

Marine Le Pen a immédiatement salué le "résultat historique" de la candidate frontiste Florence Italiani, "qui frise la victoire" . Selon la patronne du FN, il "doit être analysé comme une extraordinaire accélération de la dynamique du Front national et un magnifique signal d'espérance."

Cette victoire mitigée pour l'UMP inspire ce commentaire à François Fillon : "Cette élection marque aussi une poussée forte du Front national. C'est une alerte sérieuse et symptomatique d'un pays divisé par la crise et angoissé par la menace du déclin. Ce résultat électoral favorable, mais préoccupant représente pour l'UMP un encouragement et une responsabilité collective."

Victoire de l'UMP à Wallis et Futuna

Napole Polutélé, candidat non inscrit soutenu par l'UMP, a remporté le même jour la législative partielle à Wallis et Futuna face à deux adversaires de gauche, selon la préfecture. Il succède à David Vergé, dont l'élection avait été invalidée le 25 janvier dernier par le Conseil constitutionnel pour irrégularités dans le financement de sa campagne.

Professeur d'histoire-géographie de 48 ans, Napole Polutélé (37,51%) avait le soutien de la majorité à l'assemblée territoriale de ce petit archipel polynésien de moins de 13 000 habitants. Les leaders de l'UMP locale avaient appelé à voter en sa faveur. Candidat socialiste, Mikaele Kulimoetoke (32,27%) arrive en deuxième position et fait les frais de la division de la gauche. Malgré ses appels du pied, il n'avait pas obtenu le retrait de Lauriane Vergé, épouse de David Vergé, candidate divers gauche qui a recueilli 30,22% des suffrages.

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, y voit "un coup de semonce supplémentaire pour François Hollande. Il y a eu cinq élections partielles depuis l'élection de François Hollande : ces cinq élections ont été emportées par l'UMP et perdues par la gauche !" 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.