Le nombre de morts sur les routes a atteint un plancher historique en février, que l'on attribue à la météo hivernale

255 personnes ont péri sur les routes de la métropole en février, soit une chute de 15% par rapport à février 2009, a annoncé lundi la Sécurité routière.Mais "l'hypothèse d'un retour durable à la baisse" du nombre de tués, après une année de stagnation, "reste à confirmer", a nuancé Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

(France 2)

255 personnes ont péri sur les routes de la métropole en février, soit une chute de 15% par rapport à février 2009, a annoncé lundi la Sécurité routière.

Mais "l'hypothèse d'un retour durable à la baisse" du nombre de tués, après une année de stagnation, "reste à confirmer", a nuancé Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

Les accidents corporels sont aussi en nette diminution par rapport à février 2009, chutant de 13,2% à 3.875 contre 4.464 en février 2009. Quant au nombre de personnes blessées et de victimes hospitalisées, il a aussi enregistré une nette baisse, respectivement de 9,9% à 4.620 (contre 5.129) et 13,4% à 1.599 (contre 1.847), un chiffre qui n'a également jamais été aussi bas.

Enfin 80% des vies sauvées en février par rapport à la même période de 2009 l'ont été dans la catégorie très vulnérable des deux-roues motorisés.

"Nous espérons que c'est un signe qui portera des fruits au-delà des trois mois que nous venons de vivre", a réagi lundi à l'AFP Michèle Merli, déléguée interministérielle à la Sécurité routière. Allusion aux baisses consécutives du nombre de morts depuis décembre, "trois mois d'affilée qui inversent considérablement la tendance que nous avions douloureusement vécue au cours des mois d'été et d'automne". La chute de février intervient après un fort recul de 7,3% du nombre de tués sur les routes en janvier, et une chute de 18,5% en décembre. Mais le nombre des morts sur les routes a stagné en 2009, après 7 ans consécutifs de baisse, avec 4.262 victimes, soit 13 de moins qu'en 2008 (-0,30%).

"Grâce à la prise de conscience croissante des usagers et la mobilisation des forces de sécurité, il s'agit du mois le moins meurtrier jamais enregistré sur les routes de France", a commenté la délégation à la sécurité et à la circulation routières (DSCR), du ministère de l'Ecologie. "L'épisode de hausse amorcé en juin 2009 apparaît bien en voie de correction", en a déduit l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR).

L'hiver rude a joué un rôle
Toutefois, la météorologie hivernale, marquée par les intempéries, a probablement joué un rôle important dans cette baisse, en limitant l'usage des véhicules, et en ralentissant les vitesses, a souligné l'ONISR. Aussi "l'hypothèse d'un retour durable à la baisse reste à confirmer (durant) les prochains mois", a mis en garde l'organisme officiel.

De nouvelles mesures annoncées en février
Mi-février, le Premier ministre François Fillon a présenté 14 mesures destinées lutter contre l'insécurité routière et à coller à l'ambition de Nicolas Sarkozy, de ramener en dessous de 3000 le nombre des tués sur la route en 2012. A l'avenir, les radars seront notamment moins faciles à repérer, pour être plus efficaces. Les 800 nouveaux radars fixes dont l'installation est prévue d'ici 2012 ne seront plus signalés 400 mètres en amont mais 1 à 2 km, dans des zones de "contrôles radar fréquents". Par ailleurs, 100 radars dits "tronçon" seront mis en place à partir de 2011 pour contrôler la vitesse moyenne entre deux points distants de quelques kilomètres dans des "zones sensibles" (virages dangereux, abords de chantiers, tunnels).
Le site officiel de la Sécurité routière